/opinion/columnists
Navigation

Logan Mailloux: le coût de la bêtise!

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Legault peut remercier Marc Bergevin d’avoir détourné toute l’attention médiatique en repêchant Logan Mailloux.

L’utilisation de deniers publics pour mener des sondages, qui aurait dû être assumée par la CAQ, a été révélée en pleine tempête pour le CH, mettant alors sa formation politique à l’abri de critiques virulentes.

Le comportement de Mailloux en Suède est inexcusable. Pourra-t-il toutefois bénéficier d’une quelconque rédemption à un moment de sa vie ?

Chose certaine, le club de hockey montréalais n’a pas contribué à sa réhabilitation en le repêchant sans mettre plus de formes dans la réparation des torts qu’il a causés.

Entre vengeance et rédemption

Le courroux populaire déferle depuis le repêchage. 

Les jugements à l’égard du jeune joueur de hockey sont lapidaires et ne souffrent d’aucune nuance. Ils sont également sévères à l’égard de Bergevin et son équipe.

Je crois, comme père de deux filles, que je n’aurais pas le pardon facile si elles devaient vivre ce que la jeune femme suédoise a vécu. L’esprit de vengeance me dominerait rapidement !

Nous sommes pourtant dans une province qui base son système pénal sur la réhabilitation, mais le crime de Mailloux semble échapper à l’indulgence.

L’improvisation de la direction du CH l’a tout simplement plus enfoncé.

Gérer les perceptions

L’accent a été mis sur les 11 équipes de la LNH qui avaient rayé Mailloux de leur liste en omettant de rappeler qu’il y a 36 équipes dans le circuit.

L’accompagnement du jeune homme annoncé par Bergevin paraissait mou et indéterminé.

Un suivi psychologique clairement défini, un bonus de signature généreux et entièrement donné à des organismes voués aux victimes de violences sexuelles ainsi qu’un engagement futur à les soutenir financièrement, dans le cas où Mailloux ferait le club, auraient reflété un plus grand désir de réparation.

Même jeune, il faut payer pour ses erreurs !