/news/politics
Navigation

Terrasse estivale «Le 737»: le maire de L’Ancienne-Lorette déçu de l’attitude de l’aéroport de Québec

Gaétan Pageau regrette d’avoir été tenu au secret

Quebec
Photo Stevens LeBlanc La Ville de L’Ancienne-Lorette aurait aimé avoir son mot à dire sur l’emplacement du projet de terrasse et de bar « Le 737 » sur le site de l’aéroport de Québec, dont l’attrait principal est un immense Boeing bleu.

Coup d'oeil sur cet article

Déplorant de ne pas avoir été consulté en amont pour le projet de terrasse estivale « Le 737 », le maire de L’Ancienne-Lorette s’est dit mardi soir « pas impressionné » par les efforts de transparence de l’aéroport de Québec (YQB).

« Ils nous ont dit qu’ils veulent nous consulter, qu’ils veulent nous partager de l’information. [...] Actuellement, je ne suis pas impressionné », a affirmé le maire Gaétan Pageau lors du conseil municipal.

Celui-ci répondait à la question d’un citoyen qui dénonçait le bruit généré par l’attraction, située sur le site de l’aéroport, à proximité d’un quartier résidentiel.

Le maire a indiqué ne pas être opposé à l’initiative du 737, mais que c’était plutôt le fait d’avoir été tenu dans le secret jusqu’au dévoilement du concept qu’il n’avait pas apprécié.

« Si on avait été consultés là-dessus, on n’aurait pas été contre, mais j’aurais dit [que ce serait mieux] ailleurs », a laissé savoir M. Pageau, qui s’est dit préoccupé par la tentation de développer encore d’autres terrains dans le même secteur.

Canal de communication

À l’aéroport, on souligne avoir informé L’Ancienne-Lorette dès ce printemps de la tenue de travaux préparatoires pour l’aménagement de terrains à potentiel locatif. Des clauses de confidentialité l’empêchaient toutefois de dévoiler tous les détails.

Concernant son projet de parc aéroportuaire, YQB s’est engagé à présenter à la Ville les plans d’aménagement dès qu’ils seront prêts, affirme la porte-parole Laurianne Lapierre. « On tient vraiment à maintenir le canal de communication ouvert. »

Le promoteur du 737, Dany Gagnon, s’est dit de son côté « enchanté d’apprendre qu’il y a un seul citoyen qui se plaint » au conseil municipal.

« Ça veut dire que justement, tous nos efforts portent fruit. On fait beaucoup d’efforts pour ne pas déranger et être des bons voisins. La musique n’est vraiment pas forte sur le site, les spectacles terminent à 21 h 30 », a-t-il répondu.

Hélicoptères

Dans un autre dossier, le maire de L’Ancienne-Lorette a rapporté avoir demandé une « réunion d’urgence avec les gens de Nav Canada », qui sont responsables de la tour de contrôle, en raison du passage d’hélicoptères au-dessus de zones habitées. 

Selon lui, la Municipalité a recensé des dizaines de vols problématiques dans les dernières semaines.

Contactée par Le Journal, une porte-parole du Groupe Huot, propriétaire du Complexe Capitale Hélicoptère, s’est montrée à l’écoute des craintes de la Municipalité, tout en soulignant qu’il n’y avait pas eu d’augmentation notable des envolées dernièrement.