/news/green
Navigation

Des récoltes de bleuets catastrophiques

Coup d'oeil sur cet article

La Bleuetière Grande-Rivière-Sud, en Mauricie, a été victime des caprices de la nature cette année, le gel au sol du mois de mai ayant fait perdre 75 % de la récolte à son propriétaire.

• À lire aussi: Des robots pourraient bientôt récolter des légumes de serre

• À lire aussi: La sécheresse augmente le coût de votre épicerie

«Ça fait un mois qu’ils sont là et ils n’ont pas grossi», a déploré le propriétaire de la bleuetière, Danny Lavallée.

Des milliers de plans sur sa propriété ont produit des bleuets qui n’ont jamais atteint la maturité. Le gel de la nuit du 26 mai dernier a causé des dommages irréversibles aux quelque 30 000 plants de M. Lavallée, les pertes financières étant estimées à 200 000 $.«On n’a jamais vu ça», s’est exclamé le propriétaire qui est déçu pour lui-même, mais aussi pour ses visiteurs.

La bleuetière peut facilement recevoir 1 000 personnes chaque jour durant la période d’autocueillette, qui est passée d’environ 35 jours à six jours cette année.

«C’est notre dernière journée aujourd’hui», a lancé le propriétaire vendredi.

Une habituée de la cueillette s’est étonnée de la récolte inhabituelle. Elle a d’ailleurs raconté qu’il était possible de remplir facilement de sept à huit casseaux de bleuets en une heure par le passé. Vendredi, c’est de peine et de misère qu’elle a réussi à remplir un casseau en 30 minutes.

Les vignobles aussi touchés

Et Danny Lavallée n’est pas le seul à subir les contrecoups du gel printanier. Le président de Domaine & Vins Gélinas, Frédéric Gélinas, est lui aussi très déçu.

Une perte de près de 50 % des petits fruits a été enregistrée sur son vignoble de 15 hectares aussi situé en Mauricie.

Certains types de plants seraient notamment plus fragiles que d’autres, ce qui a causé de plus grands dommages, les raisins pour le vin rouge étant les plus touchés.

À l’inverse de la bleuetière de Yamachiche, les impacts se feront sentir au courant de la prochaine année pour le vignoble.

À ce moment-là, il se pourrait que la production de vins soit moins grande et que la distribution se concentre seulement sur le territoire de la Mauricie, a expliqué M. Gélinas.

En attendant, le domaine utilisera ses réserves de raisins, mises de côté au cas où un événement de la sorte se produise.

Le propriétaire de la bleuetière s’attend quant à lui à une année probablement record en 2022. Selon ses dires, les plants affectés par le gel en auraient profité pour se garnir de feuilles, ce qui promet de doubler la production de bleuets l’été prochain.

Après cette saison que les producteurs souhaitent rapidement oublier, ils espèrent que la météo sera plus clémente à l’avenir pour compenser les pertes.

À VOIR AUSSI