/finance/business
Navigation

La vaccination obligatoire des travailleurs à l’étude au Québec

POL-VACCINATION-FRANÇOIS LEGAULT-2E DOSE-PFIZER
Photo d’archives, Agence QMI La clinique de vaccination du Stade olympique de Montréal, en juin. Même si plusieurs organisations d’ici envisagent d’exiger de certains de leurs salariés une preuve de double vaccination anti-COVID 19, aucune décision en ce sens n’a encore été annoncée.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que des géants comme Google et Facebook vont obliger leurs employés américains à se faire vacciner, des employeurs québécois se demandent s’ils pourront eux aussi exiger la même chose de leurs salariés. 

Selon Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), cette idée circule de plus en plus au sein des milieux d’affaires au Québec. 

« Présentement, il y a énormément de cas d’entreprises qui envisagent d’exiger une preuve de double vaccination à leurs employés afin de pouvoir leur permettre de travailler en mode “présentiel” et d’offrir à ceux qui n’ont pas la vaccination de travailler à distance », a-t-il souligné lors d’un entretien téléphonique avec Le Journal.

Sans vouloir nommer les entreprises visées, il dit avoir eu des discussions avec des dirigeants qui planchent sur différents scénarios en vue de la rentrée. 

« Chaque fois que je parle à un PDG, je lui pose la question. [...] Il y a tous les cas de figure. Il y en a qui ont aussi envisagé différentes sections dans l’entreprise pour les non-vaccinés », a expliqué M. Leblanc, qui aimerait que Québec clarifie sa position. 

Épineuse question

Mais selon Bernard Cliche, avocat émérite chez Morency Avocats, l’imposition de la vaccination demeure une question épineuse. 

« Si les circonstances l’exigent, un employeur peut demander que ses travailleurs soient vaccinés, mais ceux-ci ont le droit de refuser. La vaccination constitue une intrusion chez une personne, elle va à l’encontre de la Charte des droits et libertés et du Code civil », a-t-il expliqué. 

En attendant, certains des plus importants employeurs du Québec ont affirmé ne pas avoir l’intention d’exiger la double vaccination lors du retour au travail. 

« On est en train de finaliser notre protocole de retour au travail, mais on ne prend pas en compte le statut vaccinal », a affirmé Mark Masluch, porte-parole chez Bombardier. 

Hydro-Québec prévoit un retour dans les bureaux une journée par semaine à partir du 4 octobre, mais il n’est pas prévu d’exiger la vaccination. Desjardins n’a pas souhaité détailler son plan de retour, mais affirme que les mesures sanitaires en place seront maintenues. 

  • Écoutez les nouvelles avec Alexandre Moranville-Ouellet sur QUB radio :

Aux États-Unis, des géants technologiques comme Google et Facebook vont exiger une preuve vaccinale à leurs employés avant de leur permettre de retourner au bureau. 

À VOIR AUSSI...