/weekend
Navigation

Cap sur l’empire du Soleil levant

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les Jeux de Tokyo battent leur plein, quelques suggestions de lecture pour se mettre dans l’esprit nippon.

Et vous, comment vivrez-vous ?

Photo courtoisie
  • Yoshino Genzaburô aux Éditions Picquier, 240 pages

Après avoir été mis à l’index au tournant des années 1940, ce roman philosophique a fini par devenir un classique, au Japon. Rédigé en 1937, il fait partie d’une collection jeunesse dont le but était d’accompagner les adolescents de l’époque sur le chemin de la vie. Relatant le quotidien d’un collégien de 15 ans se posant quantité de questions, ce « manuel à l’usage des êtres humains » a si bien traversé les décennies que d’ici peu, on devrait même pouvoir en découvrir l’histoire sur grand écran. 

Sémi

Photo courtoisie
  • Aki Shimazaki aux Éditions Actes Sud, 160 pages

Née à Gifu, au Japon, Aki Shimazaki écrit ses livres en français. Ce qui n’est finalement pas si surprenant que ça, puisqu’elle habite Montréal depuis 1991. Deuxième volet d’un nouveau cycle entamé avec Suzuran, cet opuscule met en scène un couple âgé dont la femme est atteinte d’Alzheimer. Fatalement, arrivera donc le jour où elle ne reconnaîtra plus vraiment son époux de longue date et au lieu de se laisser démonter, ce dernier entreprendra de la séduire à nouveau. Une histoire touchante qui, ici encore, repose sur de vieux secrets et des non-dits.   

100 % Japon

Photo courtoisie
  • Jean-Marie Bouissou aux Éditions Picquier, 416 pages

Ce livre n’a rien à voir avec les guides touristiques auxquels on est habitué... pour la simple et bonne raison qu’il n’en est pas un ! Historien spécialiste du Japon contemporain, l’auteur a plutôt tenu à nous faire découvrir le pays à travers plusieurs centaines de photos en noir et blanc commentées. Jardins de thé, cerisiers, principes d’esthétique japonaise, sculptures de neige, love hotel, yakuzas, système politique... Oui, le Japon n’aura bientôt plus de secrets pour nous !

Nostalgie

Photo courtoisie
  • Kanae Minato, aux Éditions Atelier Akatombo, 226 pages

Pour se mettre dans l’ambiance, on peut commencer par lire Expiations, le précédent roman de Kanae Minato. En 2019, il s’est glissé dans la liste de nos gros coups de cœur de l’année, sa très noire histoire étant carrément jubilatoire. On peut aussi directement se lancer dans la lecture de ce recueil, dont les six nouvelles tournent toutes autour du même thème : le retour au bercail. Et ce bercail, c’est l’île imaginaire de Shiratsunajima. Mais aussi imaginaire soit-elle, les drames qui s’y sont joués au fil du temps s’inspirent de la dure réalité nippone et de tous ses non-dits.   

Out

Photo courtoisie
  • Natsuo Kirino aux Éditions Points, 672 pages

Ce roman, on l’a lu il y a une bonne quinzaine d’années. Et depuis, jamais son histoire n’a cessé de nous hanter. 

Travaillant dans une usine de Tokyo, Masako, Yoshié, Kuniko et Yayoi passent leurs nuits à garnir des paniers-repas. Un moyen comme un autre d’échapper à leurs maris respectifs, tous ayant la sale manie de les frapper, de les humilier ou de les bafouer. Mais un jour, incapable d’en supporter davantage, l’une de ces femmes étranglera son détestable époux. Quant à la suite, même Tarantino n’aurait pu imaginer pire... 

Le Japon

Photo courtoisie
  • Collectif, aux Éditions GEO, 138 pages

Un grand album abondamment illustré qui nous permet de découvrir en un clin d’œil l’histoire du Japon du XIIe au XXe siècle. Dynasties, code d’honneur des samouraïs, traditions guerrières, arrivée des Portugais sur l’archipel, bouddhisme, geishas dont la virginité était mise aux enchères dès qu’elles atteignaient l’âge de 14 ans, politique isolationniste qui a duré près de 200 ans, Seconde Guerre mondiale, Hiroshima... Tout y est résumé. 

La pierre et le sabre

Photo courtoisie
  • Eiji Yoshikawa, aux Éditions J’ai lu, 864 pages

Envie d’un grand roman d’aventures ? Si oui, le voici ! Ce grand classique de la littérature japonaise nous entraîne au tout début du XVIIe siècle, au côté du jeune Miyamoto Musashi (qui, en passant, a réellement existé). Après avoir participé à la bataille de Sekigahara, Musashi décidera de suivre la voie des samouraïs et avec tout ce qui lui arrivera, impossible de s’ennuyer bien longtemps !

La suite, intitulée La parfaite lumière, est tout aussi exaltante. 

Les Terriens

Photo courtoisie
  • Sayaka Murata aux Éditions Denoël, 256 pages

Konbini, La fille de la supérette. Deux titres pour un même et unique roman qui a remporté un vif succès à travers le monde il y a quelques années. Ayant manifestement un faible pour les personnages féminins atypiques, l’autrice nous invite cette fois à rencontrer Natsuki, une fillette qui, chaque année, passe l’été avec son cousin adoré. Lequel serait l’un des rares êtres humains à savoir qu’elle possède des pouvoirs magiques grâce à une peluche originaire de la planète Pohapipinpobopia. Mais il ne faut surtout pas se fier aux apparences : si l’histoire peut sembler un peu fantasque, elle est en fait très dure. 

Les miracles du bazar Namiya

Photo courtoisie
  • Keigo Higashino aux Éditions Actes Sud, 384 pages

L’an dernier, ce roman a été l’une de nos plus belles découvertes. Il se déroule dans une vieille boutique abandonnée, où trois cambrioleurs amateurs ont dû se terrer à la suite d’un vol qui a mal tourné. Aucun d’eux ne le sait, mais, une trentaine d’années plus tôt, les gens venaient porter des lettres dans cette boutique afin de recevoir les conseils du vieux propriétaire de l’époque. Et bientôt, ces lettres recommenceront à affluer... Pour sa magie et son petit côté dépaysant, un livre qui vaut le détour. 

Confessions d’un yakuza

Photo courtoisie
  • Masatoshi Kumagai aux Éd. La manufacture de livres, 336 pages

Au Japon, les gros méchants s’appellent yakuzas. Masatoshi Kumagai en est un et dans ce livre, il explique comment il a réussi à devenir l’un des plus jeunes chefs du crime organisé japonais. Comparant son activité à celle d’un simple homme d’affaires, il revient sur les grands moments de sa vie et franchement, ça fait parfois froid dans le dos.

Pour mieux comprendre l’univers des yakuzas, Tokyo vice de Jake Adelstein (aux Éditions Points) est aussi un incontournable. 

Kitchen

Photo courtoisie
  • Banana Yoshimoto, aux Éditions Folio, 192 pages

Ce livre-culte datant des années 1990 réunit deux nouvelles. Mais c’est la première, Kitchen, qui a plus profondément marqué les imaginaires. Elle met en scène Mikage, une jeune fille dont la grand-mère vient de mourir. Obligée de quitter l’appartement qu’elles occupaient, Mikage ira ainsi s’établir chez Yûichi, un étudiant qu’elle connaît à peine. Et là-bas, elle découvrira à la fois l’amour et le bonheur de cuisiner. 

Le meurtre du commandeur

Photo courtoisie
  • Haruki Murakami, aux Éditions Belfond, 2 tomes

Impossible de clore ce dossier sans y glisser au moins un Haruki Murakami. Kafka sur le rivage ? 1Q84? L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage ? La ballade de l’impossible ? Ce n’est pas le choix qui manque, presque tous les romans de Murakami étant de véritables petits bijoux. Du coup, notre choix s’est porté sur son plus récent titre traduit en français, Le meurtre du commandeur, qui raconte l’histoire d’un peintre réputé pour la qualité de ses portraits. Mais lorsqu’il sera amené à faire celui d’un très riche entrepreneur, tout commencera à aller de travers...