/weekend
Navigation

De fabuleuses hors-la-loi se font justice

Melissa Lenhardt
Photo courtoisie Melissa Lenhardt

Coup d'oeil sur cet article

Rendant hommage aux paysages grandioses du Colorado et aux grandeurs et misères du Far West au 19e siècle, Melissa Lenhardt raconte une fameuse histoire de hors-la-loi au féminin dans un western déjanté et irrésistible : Les femmes d’Heresy Ranch. Cette écrivaine remarquable, passionnée d’histoire et de chevaux, a même créé des archives fictives pour ajouter du piquant à toute l’affaire.

Après la mort de son mari, en 1873, Margaret Parker décide de continuer de s’occuper de son ranch sur les hauts plateaux du Colorado. 

À ses côtés se trouvent celles qu’elle considère désormais comme les membres de sa famille : Joan et Stella, deux sœurs, Julie, la cuisinière, et Hattie, une ancienne esclave au passé aventureux.

Un groupe de femmes seules n’est pas trop bien perçu et attire la convoitise. Il ne faut pas attendre longtemps avant qu’elles soient dépossédées de leurs biens. Elles n’ont plus, chacune, qu’un cheval et les choix qui se placent devant elles ne sont guère intéressants pour celles qui ont tout perdu, dans l’Ouest américain de l’époque : soit elles trouvent un mari, soit elles doivent se prostituer.

Puisqu’aucune des deux options ne leur sourit, elles décident de prendre les armes pour se faire justice et deviennent des hors-la-loi. Le gang Parker est né : une version féminine des bandits de grand chemin. Leurs attaques de diligences ne passent pas inaperçues et elles ont vite les Pinkerton à leurs trousses.

Les femmes de l’Ouest

En entrevue, Melissa dit s’être intéressée à l’histoire des femmes dans l’Ouest américain, bien qu’il n’y ait pas beaucoup de sources. 

« J’ai eu envie d’écrire sur un gang de femmes hors-la-loi et sur l’amitié. C’est Margaret Parker qui m’est apparue en premier. Je voulais qu’il y ait une ancienne esclave dans le groupe », explique-t-elle. 

Elle s’est documentée sur plusieurs sujets touchant à l’Ouest américain à cette époque, dont les hors-la-loi célèbres, comme Butch Cassidy.

« Je me suis intéressée aux documents qui ont été publiés au début du 20e siècle, où ces hors-la‐loi devenus âgés parlaient de leurs exploits passés. J’ai trouvé toutes sortes d’informations intéressantes, mais il y avait peu d’informations sur les femmes de l’époque. »

Melissa Lenhardt fait remarquer qu’on parle peu des femmes qui ont fait des choses remarquables à l’époque. 

« Personne n’évoque les femmes qui ont créé l’orchestre symphonique et l’opéra de Denver, ni les bibliothèques, ni les écoles. On ne les révère pas – on préfère parler des chercheurs d’or et des chemins de fer. »

Elle ne pouvait pas tout inclure dans le roman, mais souhaitait présenter des portraits variés de femmes. 

« Vous avez Margaret, une Anglaise qui est arrivée avec son mari et qui en a arraché. Et Hattie, l’ancienne esclave, dont la couleur de peau ne lui permet pas de se réaliser à son plein potentiel dans la société, sauf quand elle intègre ce groupe de femmes. Les sœurs Joan et Stella montrent un peu les difficultés auxquelles se heurtaient les agriculteurs. »

Un autre personnage du roman, Jehu, est inspiré de Charley Parkhurst, qui a vécu en Californie et conduisait des diligences. 

« Il était né femme et s’habillait comme un homme. Personne n’a su que c’était une femme, jusqu’à ce qu’il meure et qu’on doive préparer son corps pour l’enterrement. »

Références fictives

L’écrivaine rappelle qu’il n’y a aucune archive racontant les exploits d’un groupe de femmes hors-la-loi et que ce qu’elle a écrit est fictif. Y compris les fameuses archives dont il est question dans le livre. 

« Tous les articles, tous les livres d’histoire qui sont cités, sont tous imaginés. Mais le grand thème du livre, c’est bien que les femmes n’apparaissent pas dans l’Histoire. Alors, on n’a pas de preuves qu’elles ont existé... ni de preuves qu’elles n’ont pas existé ! »

  • Melissa Lenhardt vit au Texas, dans la région de Dallas.
  • Les droits du livre ont été achetés par la MGM pour une adaptation en série.

EXTRAIT

<b>Les Femmes d’Heresy Ranch</b><br />
Melissa Lenhardt<br/>
Éditions du Cherche-Midi<br/>
540 pages
Photo courtoisie
Les Femmes d’Heresy Ranch
Melissa Lenhardt
Éditions du Cherche-Midi
540 pages

« Elle a secoué la tête avec un air de maturité sans rapport avec ses dix-sept ans et a attaché la tresse avec un lien de cuir orné de perles de porcelaine aux extrémités. Stella lui a tendu un stetson marron pour parachever sa transformation de gamine en âge de jouer à la poupée en jeune femme.

Encore aujourd’hui, malgré tout ce qui s’est produit depuis quatre mois que nous avons attaqué la diligence de Marshall Pass, nous avons du mal à nous faire à l’idée que Joan est une femme. »