/finance/business
Navigation

Grève à l'usine d'Olymel de Vallée-Jonction: les négociations toujours dans l’impasse

Coup d'oeil sur cet article

La direction d’Olymel a accepté une proposition de règlement de la part du conciliateur, vendredi, alors que le Syndicat des travailleurs de l’usine d'abattage de porcs de Vallée-Jonction, en Beauce, l’a rejeté.

• À lire aussi: Des grévistes d’Olymel débarquent à l’usine de Princeville

Le syndicat estime ne pas avoir obtenu certains éléments souhaités dans cette proposition.

«À la suite de deux journées intensives de négociations les 29 et 30 juillet, c’est avec grande frustration que nous vous annonçons que nous n’en sommes toujours pas arrivés à une entente avec l’employeur», a indiqué le syndicat sur Facebook.

Il estime «qu'il est le seul à avoir entrepris un compromis salarial» et dénonce l'impasse à laquelle il fait face.

«Après plus d'une quinzaine de séances de conciliation, on s'attend à beaucoup plus de sérieux de la part de l'employeur», a déploré Martin Maurice, président du syndicat.

«Olymel n'a déposé aucune nouvelle proposition salariale au cours des deux derniers jours. On ne peut pas continuer à négocier tout seul», a-t-il ajouté.

Dans un communiqué publié vendredi soir, la direction d’Olymel s’est dite «extrêmement déçue et abasourdie par l'attitude des représentants syndicaux», qui auraient «brusquement décidé de quitter la rencontre de conciliation».

«Cette proposition de l'équipe de conciliation contenait tous les éléments en mesure de rallier les deux parties. L'attitude des représentants syndicaux est incompréhensible et ne fera que retarder le règlement d'un conflit qui a trop duré», a déclaré le vice-président d'Olymel, Paul Beauchamp.

Le syndicat a convoqué une assemblée d’information, le mardi 3 août, devant l’usine.

Rappelons que l'usine d'abattage, de découpe et de désossage de porcs d'Olymel de Vallée-Jonction a cessé ses opérations en raison d'une grève générale illimitée déclenchée le 28 avril dernier. Les principaux points d’achoppement des négociations restent les horaires de travail, les salaires et la durée de la convention collective.