/weekend
Navigation

«Sam»: Antoine Olivier Pilon, un homme de défis

Sam
Photo courtoisie, Films Séville Antoine Olivier Pilon a suivi un entraînement intensif pour se préparer à son rôle de nageur dans le film Sam.

Coup d'oeil sur cet article

Antoine Olivier Pilon n’a jamais eu peur des défis. À preuve, l’acteur de 24 ans a déjà incarné un joueur de hockey dans le drame sportif Junior Majeur, un coureur de 800 m, dans le thriller psychologique 1:54, et un ex-junkie dans le suspense anglophone Suspect numéro un. Pourtant, quand le réalisateur Yan England lui a offert un rôle de nageur de haut niveau dans son film Sam, Pilon a beaucoup hésité avant d’accepter.

« Pour être honnête, j’ai réfléchi pendant longtemps avant de dire oui à la proposition de Yan », admet Antoine Olivier Pilon en entrevue au Journal

« Apprendre la course à pied [pour le film 1:54] avait déjà été un très gros défi. Mais là, avec la natation, je sentais que le niveau de difficulté était encore plus élevé. Non seulement il fallait que j’apprenne à nager comme les athlètes de haut niveau, mais il fallait aussi que je m’entraîne parce que j’allais jouer en Speedo aux côtés de vrais nageurs. J’allais être presque nu à l’écran et j’avais besoin d’avoir une certaine carrure pour être crédible dans la peau d’un vrai nageur. »

Un défi de taille

En plus, Antoine Olivier Pilon partait de loin. N’ayant jamais particulièrement aimé la baignade (« J’ai toujours coulé dans l’eau », admet-il en riant), le jeune acteur a suivi un entraînement strict pendant plusieurs mois pour essayer de se transformer physiquement – et mentalement – en nageur. Il a aussi dû se maintenir en forme pendant plus longtemps que prévu puisque le tournage du film a été interrompu pendant quelques mois en raison de la première vague de COVID-19, au printemps 2020.

Antoine Olivier Pilon dans le thriller psychologique sportif Sam.
Photo courtoisie, Films Séville
Antoine Olivier Pilon dans le thriller psychologique sportif Sam.

« Je dirais que ç’a été le plus gros défi que j’ai eu à relever pour un tournage, avoue l’acteur. J’ai eu la chance d’avoir un coach de natation, Pierre Lamy, qui m’a suivi tout au long du processus. J’ai fait plus de 100 heures de musculation et de natation sur une période d’environ six mois. J’ai aussi engagé un nutritionniste et entraîneur privé qui m’a donné un planning et les plats à manger pour bien m’entraîner.

« J’ai pris ce défi comme une obsession. Être aussi peu vêtu devant des vrais nageurs, tu ne peux pas tromper la caméra. Je voulais absolument être le plus en forme possible pour pouvoir me fondre à côté d’eux. Je ne voulais pas être l’acteur qui vient prendre tout le mérite et qui a besoin de se faire dessiner un six pack sur son ventre avant de tourner. Pour moi, c’était la meilleure façon d’incarner mon personnage. J’ai aussi beaucoup travaillé l’aspect psychologique pour essayer de comprendre la mentalité de ces athlètes. Je me levais à 5 h le matin, je m’entraînais deux fois par jour... C’est comme ça que le personnage a commencé à m’habiter. »

Un tournage en Europe

Outre les tournages de Sam et de Maria Chapdelaine (qui prendra l’affiche en septembre) qu’il a terminés l’été dernier, Antoine Olivier Pilon a eu une année pandémique relativement tranquille. Son prochain projet devrait normalement le faire voyager de l’autre côté de l’Atlantique. Le Québécois, qui s’est fait connaître à l’international avec sa performance dans Mommy, a en effet décroché un des rôles principaux du thriller anglophone Anatomy of the Sun, qui doit être tourné cet automne au Portugal et en Espagne. 

« C’est le réalisateur du film, Steven Richter, qui m’a approché pour ce projet il y a deux ans, explique Antoine Olivier Pilon. Le film devait être tourné en mai dernier, mais ç’a été repoussé à cause d’un conflit d’horaire avec l’actrice principale. C’est un thriller de meurtre et mystère. Mon personnage se réveille après avoir été impliqué dans un accident. Au début, il ne se souvient pas de ce qui s’est passé, mais au fur et à mesure que le film avance, il a des flashs qui lui reviennent. Le tournage va se dérouler en anglais avec une distribution majoritairement portugaise. J’ai hâte de me lancer là-dedans. »


Le film Sam a pris l’affiche mercredi.