/lifestyle/columnists
Navigation

93 livres en moins pour Marco Charland

JM 0802 Nutrition Huot 
Marco Charland
Photo courtoisie Grâce aux changements qu’il a apportés à son mode de vie, Marco Charland maintient désormais un poids de 187 livres.

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’il participait du Défi Diète du Journal il y a 15 ans, Marco Charland pesait 270 livres. Depuis son poids a varié considérablement, tantôt à la hausse, tantôt à la baisse. Mais lors de la pandémie, il a compris qu’il faillait changer ses habitudes de vie pour de bon pour cesser de jouer au yoyo avec son poids. Ses efforts ont porté fruit : il maintient maintenant un poids de 187 livres et affirme être plus en forme que jamais.

En compagnie du 
chanteur Richard 
Séguin en 2018
Photo courtoisie
En compagnie du chanteur Richard Séguin en 2018

Quels ont été les événements marquants de la pandémie dans votre vie ?

J’ai été en arrêt de travail et je me suis retrouvé à temps plein à la maison à passer mes journées sur le sofa. Mes parents et beaux-parents étaient malades et je me relevais d’une commotion cérébrale et d’une déchirure à l’épaule, donc je ne faisais aucun sport. J’ai vécu beaucoup de stress. En prime, ma femme et moi on a contracté la Covid ! Un matin, en plein début de la Covid, mon visage s’est complètement affaissé, j’ai cru à un AVC et je me suis tout de suite rendu à l’hôpital. J’ai plutôt reçu le diagnostic de la paralysie de Bell, mais les médecins ne m’ont pas fait sortir car la batterie de tests a révélé des résultats sanguins très inquiétants. Ma glycémie, mes triglycérides et ma tension artérielle étaient hors contrôle. Je suis ressorti avec de l’insuline et un devoir clair de revoir complètement mes habitudes de vie. 

Qu’avez-vous fait comme changements alors ?

La fermeture des restaurants m’a aidé. Je visitais les restos 10 à 12 fois par semaine avant la pandémie. Je mangeais d’énormes quantités de nourriture, notamment dans les buffets chinois. Je n’avais pas de limite, je pouvais ingurgiter 2 Big Mac, 2 Cheeseburger et une grande portion de frites en quelques minutes. J’avais toujours peur d’en manquer alors je n’avais pas de limites, je finissais toujours mes assiettes. Ma femme et moi nous nous sommes mis à cuisiner davantage et surtout à apprécier tous les légumes. On ajoute plein de légumes dans l’ensemble de nos préparations maintenant. Côté sport, durant la pandémie j’ai construit un gym au sous-sol chez moi. En 18 mois, je peux dire que j’ai changé mes habitudes pour de bon ! 

Comment gérez-vous votre diabète aujourd’hui ?

Je contrôle mes glucides comme la nutritionniste de l’hôpital me l’a enseigné. Par exemple, les pâtes alimentaires sont des accompagnements de la viande maintenant, les portions ne sont plus les mêmes. Si j’ai envie d’une petite douceur, je prends un morceau de chocolat noir. Je suis ravi d’avoir cessé la prise d’insuline grâce à mes changements alimentaires. Je ne prends que des hypoglycémiants oraux maintenant. Mon hémoglobine glyquée (qui reflète le suivi de la glycémie à long terme) est parfaite. Je me suis aussi muni du capteur FreeStyle Libre qui permet de surveiller mon glucose régulièrement sans me piquer et j’adore cela ! C’est tellement facilitant ! J’ai perdu 30 livres en quelques mois et ma tension artérielle s’est aussi régulée. Mon bilan sanguin s’est considérablement amélioré, tant pour mes triglycérides que pour ma glycémie. Mon endocrinologue pense que je pourrai cesser les hypoglycémiants bientôt.

Aux côtés de 
l’animatrice 
Chantal Lacroix 
peu de temps 
avant le début 
de la pandémie.
Photo courtoisie
Aux côtés de l’animatrice Chantal Lacroix peu de temps avant le début de la pandémie.

Qu’appréciez-vous le plus de votre nouvelle vie ?

J’ai du temps comme jamais, même plus que quand je ne travaillais pas. J’ai tellement plus d’énergie. Je travaille 40 heures semaine, je fais du sport 4 à 5 fois par semaine, je fais de belles sorties de couple (maintenant que c’est possible). On dirait que j’ai gagné six heures dans ma journée. Avant je me considérais comme spectateur, maintenant je prends part activement à toutes les activités. Mon poids est stable à 187 livres depuis plusieurs mois. Ma taille de pantalon est passée de 40 à 32. Je ne m’empêche pas d’aller au resto mais mes choix sont considérablement différents aujourd’hui. Je me permets quand même de manger de tout, ainsi je ne me sens pas en privation, ce qui contraste avec toutes les approches que j’ai faites dans le passé pour maigrir. Si je mange plus, le lendemain je surveille un peu plus ce que je mange et le tour est joué, je suis en phase de maintien. Côté sport, avant je peux dire que je m’entraînais pour tenter de maigrir, aujourd’hui je le fais pour l’énergie incroyable que cela me procure. La forme physique m’a donné aussi beaucoup de confiance et une meilleure estime de moi. À 53 ans, je suis plus en forme que jamais et bien dans ma peau.

Que conseillez-vous aux gens qui désirent aussi se prendre en main ?

N’attendez pas d’être au pied du mur comme moi pour entamer un processus de changement. J’aurais pu ne pas survivre. Il faut aussi cesser d’avoir des excuses et de trouver des raisons pour ne pas effectuer des changements. Avoir le soutien de son entourage est aussi primordial. Il ne faut pas abandonner, tout est possible, même dans des contextes difficiles. On ne se le cache pas, ça prend de la discipline et une fois les habitudes bien ancrées, ça devient tellement plus facile.