/world/pacificasia
Navigation

Chine: des millions de personnes soumises à un test de dépistage en raison d’une hausse des cas de COVID-19

Chine: des millions de personnes soumises à un test de dépistage en raison d’une hausse des cas de COVID-19
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des millions de personnes ont subi dimanche un test de dépistage de la COVID-19 dans plusieurs grandes villes de Chine, alors que le pays tente de juguler une hausse des cas de coronavirus sans précédent depuis des mois.  

• À lire aussi: Le variant Delta responsable de la hausse des cas en Chine

• À lire aussi: Vaccination au Québec: encore 100 000 vaccins sont nécessaires pour atteindre la cible

La Chine a fait état dimanche de 75 nouvelles contaminations.

Le foyer épidémique apparu à l’aéroport de Nankin (est) fin juillet s’est désormais propagé dans plus d’une vingtaine de villes et dans plus d’une dizaine de provinces.

La Chine fait face à sa pire vague de contaminations depuis plusieurs mois, les autorités mettant cette hausse des cas sur le compte du variant Delta.

Si le coronavirus a été détecté pour la première fois à Wuhan fin 2019, la Chine a depuis largement maîtrisé l’épidémie.

Les autorités ont organisé trois dépistages massifs auprès des 9,2 millions d’habitants de Nankin et ont confiné des centaines de milliers de personnes pour freiner les contaminations. 

La propagation actuelle du virus est liée à la forte contagiosité du variant Delta et au pic de la saison touristique dans le pays, qui mène à un usage intensif des transports aériens par les Chinois, selon les autorités. 

Les personnes qui se sont rendues à Nankin, dans la ville touristique de Zhangjiajie, dans la province du Hunan, sont recherchées par les autorités. 

Les 1,5 million d’habitants de cette ville touristique ont été confinés vendredi. 

Chine: des millions de personnes soumises à un test de dépistage en raison d’une hausse des cas de COVID-19
AFP

Chine: des millions de personnes soumises à un test de dépistage en raison d’une hausse des cas de COVID-19
AFP

Selon les autorités sanitaires, la miniépidémie enregistrée à Zhangjiajie a été causée par des voyageurs en provenance de Nankin et a contribué à la propagation de la maladie dans plus de 20 villes.

«Zhangjiajie est maintenant devenue le nouveau point de départ de la propagation de l’épidémie en Chine», a déclaré samedi à la presse le virologue Zhong Nanshan. 

«Nous devons élargir la recherche des cas contacts du variant Delta.»

Pékin a fait état dimanche de trois cas locaux de contamination: une famille vivant dans la banlieue de la capitale qui revenait de Zhangjiajie, a indiqué le bureau de la santé à Pékin.

La capitale a coupé toutes ses liaisons ferroviaires, routières et aériennes avec les régions où des cas de coronavirus ont été recensés.

Pékin a également fermé ses portes aux touristes et ne laisse entrer que les «voyageurs essentiels» qui ont été déclarés négatifs.

De nouveaux cas ont été enregistrés dimanche sur l’île de Hainan, une autre destination touristique populaire, ainsi que dans les provinces de Ningxia (nord) et du Shandong (est), selon les autorités. 

Le pays est également aux prises avec une hausse des cas dans la ville de Zhengzhou, dans la province du Henan — récemment touchée par des inondations meurtrières —, après que deux agents d’entretien d’un hôpital où étaient hospitalisés des patients en provenance de l’étranger porteurs de la COVID-19 ont été déclarés positifs.

Dans cette ville, 27 cas locaux ont été enregistrés, et les autorités ont ordonné dimanche le dépistage de ses 10 millions d’habitants. 

Après avoir appris que certains malades avaient été vaccinés, les autorités sanitaires chinoises ont déclaré que c’était «normal», et elles ont rappelé l’importance de la vaccination et de mesures strictes.

«En raison du variant Delta, la protection vaccinale a peut-être quelque peu diminué, mais le vaccin actuel a toujours un bon effet préventif et protecteur contre le variant Delta», a déclaré Feng Zijian, virologue au Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

Le pays le plus peuplé du monde avait administré samedi 1,65 milliard de doses (uniquement «made in China»), mais sans préciser combien d’habitants étaient entièrement vaccinés.

À VOIR AUSSI: