/opinion/columnists
Navigation

Ma liste de «pu capabe»

Coup d'oeil sur cet article

Récemment, Michel Beaudry demandait à ses lecteurs de lui envoyer leur liste de « pu capabe » : les p’tites affaires de la vie quotidienne qui leur tombent royalement sur les nerfs...

Eh bien, je profite de l’été pour relever le défi de mon ami Michel. 

Voici la liste de choses qui me gossent.

► Les gens qui, au resto, parlent au téléphone en utilisant leur haut-parleur... ou, pire encore, skypent ! Comme si leur conversation était TELLEMENT intéressante qu’ils devaient en faire profiter leurs voisins de table !

Hey, Joe, je me fous de ta vie personnelle, j’ai assez de la mienne à gérer ! 

Qu’est-il arrivé à la notion de « vie privée » ? 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

► Les parents qui vont au resto et qui plantent leurs enfants devant des tablettes numériques. Les amis, ou vous faites garder vos enfants et sortez en tête-à-tête, ou vous restez chez vous. 

Dans le même ordre d’idée : les couples qui passent tout un souper au resto sans se parler. Divorcez, s’il vous plaît, ça presse. 

► Les gens qui ne ramassent pas les crottes de leur chien. Donne-moi ton adresse, Chose, je vais aller vider un sac d’engrais devant ta porte. 

► Les gens qui n’appellent pas au resto pour annuler leurs réservations. Vous viendrait-il à l’idée de ne pas avertir votre ami qui vous a gentiment invité à souper avec votre blonde et vos trois enfants que vous ne pouvez malheureusement pas y aller, à cause de circonstances hors de votre contrôle ?

Un propriétaire de resto m’a déjà dit qu’un groupe de 20 clients ne s’était pas pointé ! Alors qu’il avait embauché une personne supplémentaire dans sa cuisine pour pouvoir servir ces gens plus rapidement !

► Les vendeurs et les vendeuses de 17 ans et demi qui me tutoient dans les commerces. Alors que je les vouvoie.

► Ouvrir la porte à une personne qui a les mains pleines et ne pas entendre l’ombre d’un merci.

► « Votre appel est important pour nous. » La preuve : on vous fait poireauter pendant trois heures avant de vous répondre... pour finalement vous dire que vous êtes au mauvais département, et vous faire attendre une heure de plus. 

► Les gars qui ne flushent pas dans les toilettes publiques, ou qui urinent partout sur la lunette. En fait, tout ce qui concerne les toilettes publiques. Tout. On dirait qu’une toilette publique est une invitation à se comporter comme un porc. 

D’ailleurs, avez-vous remarqué ? Toilettes publiques, dépenses publiques, travaux publics – on dirait qu’il suffit d’ajouter le mot « public » à une série de mots pour que, soudainement, les gens agissent n’importe comment...

► Les internautes qui pensent qu’une insulte est un argument.

En fait, ce qui me tape le plus sur les nerfs sont toutes ces incivilités, ces discourtoisies, ces micro-agressions – pour reprendre un mot à la mode – qui, jour après jour, nous assaillent, érodent notre humanité et rendent les relations interpersonnelles désagréables.

On dirait que le monde est rendu un gros jeu vidéo peuplé d’ennemis qui nous tirent dessus, et la vie, une interminable course à obstacles qu’il faut mener tambour battant, dents serrées, tête baissée et poings fermés. 

Ça ne vous épuise pas, vous ?