/finance/business
Navigation

Pas question de fermer les magasins le dimanche, selon Québec

Coup d'oeil sur cet article

Québec n’a pas l’intention de modifier la loi pour interdire aux magasins d’ouvrir le dimanche en raison des effets de la pénurie de main-d’œuvre, une suggestion qui avait été proposée par l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction.

Les commerces doivent conserver l’option d’être ouverts le dimanche, a indiqué le ministre du Travail, Jean Boulet, qui a assuré qu’il existe d’autres façons de venir à bout de la pénurie de main-d’œuvre.

«Moi je préfère qu’on laisse le choix aux propriétaires de déterminer leurs heures d’affaires. C’est ce qui se fait actuellement de manière à répondre tant à leurs intérêts qu’à l’intérêt des consommateurs», a fait valoir le ministre.

Un quincailler qui opère dans la région de Bécancour et Trois-Rivières a déjà tranché et décidé que ses six succursales sont fermées le dimanche, puisque trouver des conseillers experts en rénovation est très difficile et que les employer sur une plage de six jours est suffisant.

La qualité de vie de l’ensemble du personnel est aussi un important facteur qui a été considéré.

«Parce que la main-d’œuvre est très rare et des maîtres-hommes dans la construction, on n’en a pas. Aussi on veut que nos employés soient en mode familial», a expliqué Jean-Claude Parr, franchisé de la chaîne Home Hardware.

Le quincailler a observé que son chiffre d’affaires a simplement été redistribué sur six jours plutôt que sur sept et que personne ne s’en était plaint.

La Boutique de la Balayeuse de Trois-Rivières a depuis longtemps instauré le travail du lundi au samedi.

«Il ne s’agit pas seulement de considérer la qualité d’affaires, mais aussi la qualité de vie», a indiqué le propriétaire Gaétan Délisle.