/news/politics
Navigation

Le PLQ exige la mise en place immédiate d’un passeport vaccinal

Coup d'oeil sur cet article

La cheffe libérale Dominique Anglade demande au gouvernement Legault d’imposer immédiatement un passeport vaccinal pour «encadrer» les activités auxquelles pourront participer les non-vaccinés, une stratégie qui vient d’être annoncée à New York.

• À lire aussi - Spectacles, gyms et restos: la vaccination deviendra obligatoire à New York

• À lire aussi - Toujours de la résistance à la vaccination en Beauce

«Ce passeport serait nécessaire pour entrer dans un restaurant ou au cinéma, par exemple. Il pourrait y avoir d’autres mécanismes, comme l’exigence d’un test de dépistage pour ceux qui n’ont pas leurs deux doses de vaccin. Il faut le mettre en place tout de suite, on ne veut pas attendre à septembre», lance Mme Anglade, en entrevue avec Le Journal.

Mme Anglade suggère que le secteur de l’éducation pourrait également être touché par ce «passeport liberté». Des universités ou des cégeps pourraient, selon elle, demander une preuve de vaccination ou un test négatif pour accepter un étudiant en classe, en proposant toutefois l’option du cours à distance.   

  • Écoutez l'entrevue de Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec et députée de Saint-Henri–Sainte-Anne, avec Vincent Dessureault, sur QUB radio:    

New York

Le Québec ne serait pas un pionnier dans cette approche: à New York, une preuve de vaccination sera demandée aux gens qui souhaitent prendre part à des activités intérieures, notamment dans les restaurants et les gyms. Ce programme sera mis en place au courant du mois d’août pour être prêt à la rentrée des classes. La France a également mis en place un passeport vaccinal, tout comme l’Italie.

De son côté, le cabinet du ministre de la Santé Christian Dubé réplique qu’il serait injuste d’instaurer immédiatement un passeport vaccinal alors que tous «n’ont pas encore eu l’opportunité d’aller chercher leur deuxième dose». Mais le gouvernement Legault planche tout de même sur un plan de mise en place d’un passeport vaccinal à la rentrée, en septembre. 

  •  Écoutez la discussion de Varda Étienne et Caroline St-Hilaire à QUB radio

Pour Dominique Anglade, c’est trop tard. «On veut savoir comment il s’applique, à quel moment, à partir de quelles balises. Là on a l’impression que le gouvernement attend encore de savoir s’il va l’imposer. On ne doit pas attendre septembre pour agir. On voit déjà la montée des cas du variant Delta, on doit éviter la quatrième vague», dit-elle. 

Le PQ veut un débat

Du côté du Parti québécois, on émet toutefois un bémol : il ne faut pas qu’un passeport vaccinal soit imposé à la population sans débat public et consultations puisqu’il touche aux droits et libertés. «Ça ne peut pas être encore par décret, ça prend une loi», affirme le député des Îles-de-la-Madeleine Joël Arsenault. «Le temps est venu de retrouver des règles de gouvernances démocratiques», dit-il, en soulignant que la France ne s’est pas épargnée un débat politique sur cette question controversée.

Sans ce débat, il y a un risque réel que l’Assemblée nationale ne parle pas d’une seule voix sur cette question, fait valoir M. Arsenault, qui prévient qu’il existe une «résistance significative» au passeport vaccinal dans certains milieux.

À VOIR AUSSI