/news/currentevents
Navigation

Accusés d’avoir vendu de faux certificats de PAB

Coup d'oeil sur cet article

Un couple de Montréalais propriétaire d’une agence de placement est accusé d’avoir tenté de s’enrichir en vendant de faux certificats de formation au moment où il y a un manque criant de préposés aux bénéficiaires.

« L’enquête policière a révélé qu’ils fabriquaient et vendaient de faux certificats, attestant une formation de 750 heures, au coût unitaire de 800 $ », a indiqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans un communiqué mercredi.

Youssef Bencheikh, 56 ans, et sa conjointe, Sabri Nissirine, 42 ans, sont propriétaires du Centre Accès-Emploi de formation professionnelle et de placement, situé sur le boulevard Saint-Michel, dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

Sans aucun permis

Or, le ministère de l’Éducation n’a jamais autorisé cet établissement à offrir des formations pour devenir préposé aux bénéficiaires, a appris Le Journal, mercredi soir.

« Ce centre n’est pas affilié à un centre de services scolaires et il ne s’agit pas d’un établissement privé sous permis du [ministère] », a fait savoir Esther Chouinard, responsable des relations de presse.

Seuls 56 établissements au Québec peuvent offrir une telle formation, dont six à Montréal.

Depuis l’hécatombe dans les CHSLD au début de la pandémie de COVID-19, le gouvernement de François Legault s’est empressé de former dans l’urgence des milliers de préposés aux bénéficiaires pour combler la pénurie qui ne date pas d’hier dans ce domaine.

Le couple, qui aurait tenté de profiter de la situation, a été arrêté par la Section des crimes économiques du SPVM et a comparu mercredi au palais de justice de Montréal.

M. Bencheikh et Mme Nissirine font face à des accusations de fraude et de fabrication de faux documents.

Remis en liberté

Les accusés ont été remis en liberté pour la suite des procédures.

La période durant laquelle les fraudes ont eu lieu ainsi que le nombre de victimes du délit n’ont pas été précisés par la police.

C’est grâce à des informations provenant du public que le déclenchement d’une enquête policière a pu être possible, a toutefois souligné le SPVM.

Le Journal a tenté de communiquer avec les propriétaires du Centre Accès-Emploi mercredi, sans succès.


Toute personne détenant des informations concernant une activité criminelle peut communiquer, de façon anonyme et confidentielle, avec Info-Crime Montréal au 514 393-1133 ou se rendre sur le site infocrimemontreal.ca