/news/currentevents
Navigation

Allégations de cruauté animale: pas d’accusation criminelle contre le Zoo de Falardeau

Coup d'oeil sur cet article

Aucune accusation criminelle ne sera finalement portée contre le Zoo de Falardeau, au Saguenay, en lien avec les allégations de cruauté animale dont il a fait l'objet de la part d'ex-employés.

• À lire aussi - Zoo de Falardeau: réouverture malgré des allégations de cruauté animale

Le procureur du Directeur des poursuites criminelles et pénales, chargé d'analyser le dossier, Me William Lacombe, a fait part de sa décision, mercredi matin.

Rappelons qu'en février 2020, d'ex-employés du zoo avaient dénoncé des pratiques du zoo et de son propriétaire. Une enquête avait été ouverte à la Sûreté du Québec.

«Il n'y aura pas d'accusation au niveau criminel concernant le dossier de la plainte du Zoo de Falardeau. Toutefois, il y aura une suite au niveau pénal. Il y a des avis d'infraction qui ont été envoyés concernant notamment des éléments plus réglementaires sur les installations, sur la pouponnière. Ça, ça avait déjà été déposé par le ministère de la Faune, mais il y a également de nouveaux avis qui ont été émis concernant notamment les soins envers les animaux», a indiqué Me Lacombe, en entrevue avec la journaliste de TVA Nouvelles.

En effet, des constats d'infractions ont été émis contre le Zoo de Falardeau. Selon les documents dont TVA Nouvelles a obtenu copie, le zoo aurait contrevenu à la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune en ne prodiguant pas les soins appropriés à un animal blessé ou malade, notamment un loup et des louveteaux.

Joint au téléphone, l'avocat du zoo, Me Dominic Bouchard, a affirmé que les propriétaires étaient soulagés du dénouement au niveau criminel, mais qu'ils avaient l'intention de contester toutes les accusations pénales sous prétexte qu'ils n'ont rien à se reprocher.

Me Bouchard évalue également la possibilité d'intenter des poursuites pour les dommages causés à la réputation du zoo et de ses propriétaires.

«On est à regarder au niveau d'une poursuite en diffamation. Le Zoo de Falardeau a subi des pertes substantielles au niveau de l'achalandage... On évalue le dossier», a indiqué Me Bouchard.