/sports/jo
Navigation

Canoë-kayak aux Jeux de Tokyo: une première étape de franchie pour Laurence Vincent Lapointe

La Canadienne Laurence Vincent Lapointe.
Photo AFP La Canadienne Laurence Vincent Lapointe.

Coup d'oeil sur cet article

TOKYO | Laurence Vincent Lapointe a passé avec succès le premier test de sa première compétition internationale depuis plus de deux ans.

• À lire aussi: Tokyo 2020: maintenant plus forte

• À lire aussi: Jeux de Tokyo: 72 jours loin de la maison

• À lire aussi: Plongeon aux Jeux de Tokyo: un bon départ pour Meaghan Benfeito

Mercredi soir au Canal de la forêt de la mer, la canoéiste de Trois-Rivières a remporté sa vague en préliminaires en vertu d’un temps de 45 s 408 pour passer directement à la demi-finale, qui aura lieu ce soir. Partie en trombe, elle a réussi à maintenir son avance toute la course pour devancer la Russe Olesia Romasenko, qui a elle aussi obtenu son billet pour la demi-finale.

«Après deux ans sans courir et la présence du canoë féminin pour la première fois aux Jeux olympiques, j’étais très nerveuse et c’est normal, mais j’ai bien géré la situation, a raconté Vincent Lapointe, dont la dernière présence à l’internationale remontait à la Coupe du monde de Duisbourg, en Allemagne, du 31 mai au 2 juin 2019. J’avais une vague forte avec la Russe qui a souvent été sur le podium avec moi dans le passé. Je suis satisfaite.»

Son chrono de 45 s 408 est le deuxième meilleur des préliminaires. Championne mondiale en titre, l’Américaine Nevin Harrison a franchi la distance en 44 s 938. Coéquipière de Vincent Lapointe en C-2 500m, Katie Vincent a elle aussi remporté sa vague avec un chrono de 46 s 391, de sorte qu'elle passe directement à la demi-finale.

«Parce que les conditions n’étaient pas idéales avec un vent de côté qui rend plus difficile de diriger ton canoë et te ralentit, je n’avais pas un chrono en tête, mais je suis satisfaite de mon temps, a mentionné celle qui a remporté l’or au premier championnat mondial disputé en 2010. Je ne suis pas très loin du meilleur temps et je vise encore un chrono de 44 secondes si les conditions sont parfaites. Si elles ne le sont pas, je désire avoir les sensations d’un 44 secondes.»

Premier face à face

Tout est donc en place pour un premier duel à vie entre Vincent Lapointe et Harrison, âgée de seulement 19 ans. «Ça va être une course très excitante. J’ai appris que je ne dois pas m’inquiéter avec les autres, mais me concentrer uniquement sur ce qui se passe dans mon bateau. Quant à nos temps, ça ne veut rien dire puisque nous n’avons pas fait la même course. On verra en demi-finale et en finale.»

Préparation mentale

Croyant être très excitée en mettant les pieds à Tokyo, la protégée de Mark Granger dit bien gérer bien ses émotions. «En arrivant au Japon, je pensais que je me dirais «Wow! je suis aux Jeux», mais ce n’est pas le cas. Au lieu de capoter, je me dis que c’est ce que je devais faire. Il ne faut pas se tromper, je suis extrêmement heureuse, mais je gère bien la situation. Depuis un an et demi, j’ai fait tellement une préparation mentale complète.»

Comment Vincent Lapointe a-t-elle été accueillie par ses adversaires à son retour, après avoir purgé une suspension provisoire pour un contrôle positif dont elle a été complètement blanchie?

«La plupart des filles sont contentes de me revoir, a-t-elle indiqué. D’autres sont frustrées ou concentrées sur leur course. J’ai prouvé que je méritais d’être ici. Si certaines sont encore fâchées, il n’y a rien que je puisse faire. Même si j’aurais pu avoir des doutes, j’ai toujours pensé que je serais aux JO depuis l’annonce de l’adhésion du canoë féminin il y a trois ans.»

À voir aussi