/sports/hockey
Navigation

Toujours pas d'assouplissements pour le hockey mineur

Coup d'oeil sur cet article

Les organisations de hockey mineur ne font toujours pas partie des nouveaux assouplissements mis en place par la Santé publique cette semaine.

Les équipes pourront être constituées d’un maximum de 12 joueurs, pour un maximum de 25 joueurs sur la patinoire. Les contacts et les mises en échec seront à nouveau permis. Les matchs et les tournois pourront être repris. Une bonne nouvelle pour les finances des organisations qui ont connu un hiver très long l’année dernière.

Les Cantonniers demandent plus

«On est la ligue qui fournit les joueurs au junior majeur et le junior majeur a joué l’an dernier. On ne peut pas vivre deux années où nos joueurs ne jouent pas. Si on veut développer des joueurs et dire qu’on est une ligue élite, il faut que les petits gars jouent vingt contre vingt, une façon normale, avec “braquage” et tout ça», a souligné le président des Cantonniers de Magog, Renaud Légaré.

Les Cantonniers interpellent d’ailleurs le gouvernement depuis l’an dernier pour que la normalité revienne dans les arénas de la Ligue de développement M18 AAA du Québec. «Qu’ils viennent me rencontrer à l’aréna! Je vais leur faire des dessins», a lancé Renaud Légaré.

Hockey Sherbrooke se contente

Les mesures seront un casse-tête aussi pour Hockey Sherbrooke. L’organisation a reçu autant d’inscriptions qu’à pareille date l’année dernière. Toutefois, comme les équipes seront moins nombreuses, ce sera tout un casse-tête de diviser les joueurs dans plus de formations qu’à l’habitude.

«Là où ça va être un petit peu plus compliqué, c’est au niveau de nos équipes doubles lettre et de nos équipes d’excellence. On est habitué d’avoir des équipes de 17-18 ou même 20 joueurs par équipe. Il va falloir faire de la gymnastique pour pouvoir mettre ces joueurs sur la glace en toute sécurité», a mentionné le directeur général d’Hockey Sherbrooke, Stéphane Dion.

On tente tout de même de se réjouir avec la tenue des tournois. Ceux-ci constituent une grosse partie des revenus des organisations de hockey mineur. On aurait aimé revenir à la normale, mais dans le contexte on est heureux», a lancé Stéphane Dion.

Pour l’instant, le hockey mineur se contente de ces assouplissements. La phase du retour à la normale est attendue avec impatience.

Hockey Québec demande aussi, depuis plusieurs mois, des explications à la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest. On veut savoir quand il sera possible de reprendre la pratique du sport sans toutes ces restrictions. Les membres d’Hockey Québec sont toujours sans réponse.