/world/europe
Navigation

Ibiza va embaucher des détectives pour infiltrer les fêtes illégales

Ibiza va embaucher des détectives pour infiltrer les fêtes illégales
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Madrid | L’île espagnole d’Ibiza, eldorado du monde de la nuit, va embaucher de jeunes détectives privés aux allures de touristes pour infiltrer et empêcher les fêtes illégales en plein rebond de l’épidémie de COVID, ont annoncé jeudi les autorités locales. 

• À lire aussi: Où et comment le passeport vaccinal est-il utilisé à travers le monde?

Leur mission ? « S’infiltrer parmi les invités » afin de « localiser les fêtes avant qu’elles ne commencent, pour que la police puisse arriver sur place avant le début de la fête » et intervenir, a expliqué à l’AFP Armando Tur, porte-parole du gouvernement local de cette île de l’archipel des Baléares, l’une des régions espagnoles les plus touchées par la nouvelle vague de coronavirus.

Ces détectives doivent « avoir entre 30 et 40 ans, un haut pouvoir d’achat » et avoir « l’air de touristes », a ajouté M. Tur, en précisant qu’une « agence de détectives » avait « déjà été chargée » de trouver ces fins limiers « pour le mois d’août ».

Prisée des « clubbers » et DJ du monde entier, Ibiza a maintenu ses célèbres discothèques fermées en raison de la pandémie, entraînant un boom des soirées privées.

Selon Armando Tur, ces « grandes fêtes », dépassant parfois les 500 invités, sont organisées « très souvent dans des maisons de campagne » par « de véritables mafias » qui font payer parfois jusqu’à « 100 euros l’entrée » et vont chercher leurs clients à la sortie des bars ou sur les réseaux sociaux. 

Ibiza a déjà reçu plusieurs candidatures spontanées venant « de plusieurs pays d’Europe » mais l’île ne fera appel qu’à des professionnels, s’amuse Armando Tur.

Région parmi les plus touchées du pays par la nouvelle vague de COVID-19, les Baléares ont décidé fin juillet d’interdire toute réunion entre personnes ne faisant pas partie du même foyer de 01H00 à 06H00.

Fin juin, un voyage d’étudiants à Majorque, autre île des Baléares, avait provoqué un foyer géant de milliers de cas dans toute l’Espagne.