/finance/business
Navigation

Il passe du patinage au pilotage

Un ancien hockeyeur de haut niveau prendra bientôt son envol dans le Grand Nord

Alexandre Moranville-Balesdent
Photo Pierre-Paul Poulin Alexandre Moranville-Balesdent s’envolera pour Yellowknife le 18 août et commencera à travailler pour North-Wright Air cinq jours plus tard.

Coup d'oeil sur cet article

Un ex-joueur de hockey d’élite de 20 ans a laissé la glace des arénas pour devenir pilote de brousse dans les montagnes Rocheuses pour de riches touristes et des communautés reculées.

• À lire aussi: Bombardier grande perdante du désastre de la CSeries

« J’ai envoyé un CV, et j’ai été accepté. On m’a offert un poste », raconte avec fierté Alexandre Moranville-Balesdent, à l’aube de la vingtaine, assis à une table à pique-nique de son école, le Collège Air Richelieu, à Saint-Hubert.

« L’aviation est sur une pause, alors j’ai la chance d’avoir un emploi en sortant. Ça va repartir. D’ici un an ou deux, ça sera monstrueux », lance-t-il.

Chaque année, une poignée de pilotes de brousse comme lui sortent des écoles, explique Simon Contant, président d’Air Tunilik, qui dessert plus d’une trentaine de pourvoiries avec ses avions.

« Au Cégep de Chicoutimi, le Centre de formation aéronautique du Québec (CQFA) forme une dizaine de pilotes de brousse par année. Les Québécois ont toujours été attirés par le métier », souligne-t-il.

Nouveau rêve

Dans le cas d’Alexandre Moranville-Balesdent, originaire d’Hemmingford, c’est sur les bancs d’école d’Air Richelieu que sa vie a basculé. 

« Quand j’ai commencé le cours, il y a deux ans, je suis tombé en amour avec ça. J’ai tripé. Ça a remplacé ma passion pour le hockey », raconte-t-il.

Il y a quelques jours, le jeune homme a terminé son parcours, qui lui a coûté au moins 75 000 dollars. 

Il a maintenant ses 185 premières heures de vol derrière la cravate.

Dans 12 jours, il s’envolera pour Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, chez North-Wright Air, où travaille Simon Boisclair, un pilote qui lui a donné le goût du métier et des aurores boréales.

« Tout au long de mon cours, je l’appelais le dimanche. On se parlait deux ou trois heures d’aviation », poursuit-il.

À son arrivée là-bas, Alexandre Moranville-Balesdent aura sa mini-maison payée par l’entreprise, mais il ne conduira pas d’avion tout de suite.

Faire ses preuves

« Durant les premiers mois, on fait le travail que personne ne veut faire, mais qui est très important : nettoyer les hangars, mettre le carburant dans les avions », insiste-t-il.

Si tout se passe bien, d’ici quelques mois, il pilotera son avion pour de riches touristes prêts à allonger des milliers de dollars pour aller pêcher et chasser dans des endroits paradisiaques et il aura la chance de côtoyer des communautés.

« J’ai hâte d’apprendre les cultures des Premières Nations. Ça va m’ouvrir les yeux. C’est grâce à eux que l’on a un travail là-bas », dit-il pour terminer.


Mines, forêts, pourvoiries... des entreprises québécoises comme Air Tunilik embauchent des pilotes de brousse pour leurs services de taxi-brousse offerts aux quatre coins du Québec.

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.