/sports/others
Navigation

Très pratique vélo cargo

0808 - vélo
Photo courtoisie, Babboe Le vélo cargo familial Babboe City.

Coup d'oeil sur cet article

Conduire les enfants à la garderie, faire les courses et transporter du matériel font partie des activités quotidiennes qui peuvent être réalisées sur deux roues, au guidon d’un vélo cargo.

Éliminer l’usage de la voiture en ville, réduire les coûts liés au transport, se déplacer de façon écologique, garder la forme... Tous ces objectifs liés à la pratique du vélo utilitaire peuvent être atteints avec à son bord des enfants ou un chargement, car le vélo cargo est justement « fait pour transporter quelque chose d’autre que son utilisateur », explique Julien Roy, propriétaire des Vélos Roy-O.

Il suffit de penser à un entrepreneur qui livre des colis ou propose des services nécessitant de l’équipement, à un organisme qui offre des balades à vélo à des personnes à mobilité réduite, à un parent dont l’enfant est encore trop jeune pour pédaler longtemps, etc.

Le vélo cargo répond à une panoplie de besoins en raison de ses innombrables configurations. Plate-forme avant ou arrière, boîte ouverte ou fermée, banc et ceinture pour enfants, coffre de transport, siège pour adulte, glacière, section réfrigérée, espace pour animal de compagnie, porte-bagages, remorque, etc. Et si la configuration ne satisfait pas tous les besoins de son propriétaire, Vélos Roy-O propose de personnaliser sa monture.

Deux ou trois roues ?

Le vélo cargo à deux roues est « plus limité quant à sa capacité de charge, mais il est plus agile et naturel à conduire que le trois roues », indique M. Roy. Le triporteur, pour sa part, est plutôt « pensé pour aller moins loin, moins vite, mais avec de plus grosses charges », ajoute-t-il. Certains modèles à trois roues ont une capacité d’environ 500 livres.

Le vélo cargo 
électrique longtail 
Big Easy, de Surly.
Photo courtoisie, Surly
Le vélo cargo électrique longtail Big Easy, de Surly.

L’assistance électrique est fortement recommandée à Québec, affirme M. Roy, surtout lors des déplacements nord-sud au centre-ville, dit-il. Il faut compter entre 5000 $ et 10 000 $ pour un modèle cargo à assistance électrique.

Atelier de vélo... à vélo

Alexandre St-Laurent, fondateur de l’Atelier Véloce, offre des services d’entretien de vélo mobiles dans les quartiers centraux. L’utilisation du vélo cargo s’est imposée naturellement, « par conviction environnementale et parce que je voulais aussi me créer une job où je serais content d’aller travailler », dit-il.

M. St-Laurent a déniché un vélo cargo en aluminium Bullitt usagé, auquel il a ajouté une boîte en aluminium pour ranger ses outils, un système d’assistance électrique ainsi qu’une « remorque inusitée à une seule roue », faite sur mesure, pour transporter un petit chapiteau.

Quant à la conduite d’un tel vélo, il indique que « le rayon de braquage est plus grand. Quand on a en tête de faire un virage, il faut le prévoir et bien évaluer l’espace disponible ». Tout comme le freinage, d’ailleurs, qu’il faut planifier plus longtemps. Mais l’adaptation est rapide et facile. L’un des points positifs, selon lui, réside dans « la stabilité et le centre de gravité » du vélo.