/sports/jo
Navigation

Baromètre: les plus grands athlètes olympiques québécois

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, Le Journal, en collaboration avec la firme Léger, dévoile un coup de sonde sur une variété de sujets qui vous touchent de près ou de loin. Notre baromètre mesure ainsi ce qui vous fait vibrer ou sourciller en tant que Québécoise et Québécois, jeune et moins jeune, francophone, anglophone ou allophone, à Montréal ou en région.  

Parmi cette liste, quels sont les plus grands athlètes olympiques québécois selon vous ?

1. Alexandre Despaties : 42 %

Photo d'archives, AFP

2. Gaétan Boucher : 27 %

Photo d'archives

3. Chantal Petitclerc : 26 %

Photo d'archives

4. Sylvie Fréchette : 25 %

Photo d'archives

5. Bruny Surin : 23 %

Photo courtoisie

6. Jean-Luc Brassard : 22 %

7. Alex Harvey : 21 %

8. Joannie Rochette : 21 %

9. Marianne St-Gelais : 20 %

10. Charles Hamelin : 19 %

11. Sylvie Bernier : 19 %

12. Alexandre Bilodeau : 18 %

13. Mikaël Kingsbury : 18 %

14. Annie Pelletier : 15 %

15. Jennifer Abel : 11 %

16. Pierre Harvey : 11 %

17. Justine Dufour-Lapointe : 10 %

18. Myriam Bédard : 10 %

19. Émilie Heymans : 9 %

20. Marc Gagnon : 9 %

21. Chloé Dufour-Lapointe : 8 %

22. Erik Guay : 8 %

23. Nicolas Gill : 7 %

24. Christine Sinclair : 6 %

25. Marie-Philip Poulin : 6 %


Méthodologie

Le sondage a été réalisé en deux temps. Une question ouverte a été posée aux panélistes LEO (Leger Opinion) pour qu’ils soumettent les plus grands athlètes olympiques québécois. Ensuite, un sondage scientifique a été réalisé auprès d’un millier de Québécoises et Québécois représentatifs du 31 juillet au 1er août 2021 sur la base des olympiens les plus mentionnés. Les répondants pouvaient choisir jusqu’à dix olympiens. Seuls les 25 olympiens les plus mentionnés sont présentés dans ce baromètre.


  • Philippe Léger, Le Journal de Montréal 

Le constat 

Alexandre Despatie est notre plus grand athlète olympique québécois. Et de loin ! Viennent ensuite le patineur Gaétan Boucher, les championnes en athlétisme handisport et nage synchronisée Chantal Petitclerc et Sylvie Fréchette, ainsi que le coureur Bruny Surin. Ces athlètes ne peuvent être réduits à leurs performances, aussi extraordinaires soient-elles. C’est plutôt un lien affectif, une communion entre l’athlète et le public qui les placent si haut dans le baromètre.

La surprise

Quelques athlètes mériteraient le nom de défricheurs. Sans eux, nous n’aurions pas nos athlètes d’aujourd’hui. Sans Annie Pelletier, il n’y a pas d’Émilie Heymans ou de Jennifer Abel. Sans Jean-Luc Brassard, il n’y a pas d’Alex Bilodeau et de Mikaël Kingsbury. Sans Gaétan Boucher, il n’y a pas de Charles Hamelin et de Marianne St-Gelais.

La déception

Le baromètre exclut certains athlètes d’exception. La première raison est que ces athlètes pratiquent un sport peu connu. Pensons à Maude Charron à l’haltérophilie ou à Dominique Maltais au snowboard. La deuxième réside dans le fait qu’ils pratiquent des sports d’équipe. Christine Sinclair et Marie-Philip Poulin, respectivement en 24e et 25e position, illustrent ce désavantage. 

« Il y a un peu de nous autres, là-dedans ! »

  • Richard Martineau, Le Journal de Montréal 

« Ce n’est pas tout d’avoir du talent, il faut savoir vendre son talent », disait Charles Trenet.

De même, on pourrait dire aux athlètes amateurs : « Ce n’est pas tout d’avoir gagné des médailles ou d’avoir brisé des records mondiaux pour mériter une place dans le cœur des Québécois. Il faut être sympathique, chaleureux ! »

Des êtres d'exception

C’est la qualité que partagent tous les athlètes nommés ici : ils ont une personnalité attachante, ils ont réussi à vendre leur image comme ils ont vendu des céréales ou du lait.

Même si un athlète est, par essence, un être d’exception, pour ne pas dire un demi-dieu, les Québécois se sont tout de suite reconnus dans ces nageuses, ces skieurs, ces plongeuses, ces sprinters. 

Dès leur première entrevue, on s’est dit : « Y a un peu de nous autres, là-dedans ! » Et ce, même si on les regardait en étant écrasé sur un Lay-Z-boy avec une bière dans la main droite et un sac de chips sur les genoux. 

Reflet de notre persévérance

Il y a quelque chose de lumineux, dans ces êtres, quelque chose qui nous attire. Comme si, par leur sens de l’effort, leur entêtement, leur persévérance et leur courage, ils incarnaient le destin de notre peuple, abandonné par sa mère patrie sur quelques arpents de neige à l’autre bout du monde. 

Regardez comment on a aimé Maurice Richard, comment on s’est identifié à lui, à sa colère sourde, son obstination, sa ténacité !

Au fil des ans, j’ai eu la chance de rencontrer certains de ces athlètes : Marianne St-Gelais, Mikaël Kingsbury, Sylvie Fréchette, Jean-Luc Brassard, Bruny Surin. Chaque fois, j’ai été ébloui par leur passion, leur enthousiasme. 

Le fait que certains de ces médaillés soient parvenus à traverser des drames personnels et à s’en sortir plus forts les rend encore plus extraordinaires.

Merci, nous sommes fiers de vous !


► Faites la différence

Les résultats de ce sondage vous font réagir? Envoyez-nous vos lettres d’opinion pour participer à la discussion à l’adresse suivante : faitesladifference@quebecormedia.com


► Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages?

Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw62