/news/currentevents
Navigation

Irruption d'un militant anti-mesures sanitaires: la sécurité sera renforcée pour les points de presse

Coup d'oeil sur cet article

La sécurité aux abords des points de presse de la pandémie sera renforcée, après qu’un militant y ait fait irruption mardi pour dénoncer les mesures sanitaires.

• À lire aussi: Un homme contre les mesures sanitaires interrompt le point de presse de Christian Dubé

• À lire aussi: Le passeport vaccinal entrera en vigueur le 1er septembre au Québec  

  •  Écoutez le tour des actualités avec Alexandre Moranville-Ouellet sur QUB radio:    

« Je n’étais pas content de voir qu’un manifestant réussisse à jouer dans la sécurité, a exprimé le premier ministre François Legault, mercredi, en réponse à un journaliste de TVA Nouvelles. Je garde confiance dans les responsables de notre sécurité. »

Déjà dans la salle

Mardi, un homme réputé pour ses coups d’éclat pour militer contre le vaccin et les mesures sanitaires a réussi à pénétrer dans la salle où se déroulait le point de presse du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, sur le passeport vaccinal et a forcé l’interruption de celui-ci.

« C’est un incident regrettable qui démontre qu’il faut demeurer prudents pour assurer la sécurité des élus, des représentants de la Santé publique et des représentants des médias », avait commenté, un peu plus tôt, mercredi, le cabinet du premier ministre, ajoutant que la sécurité autour des points presse sur la pandémie serait renforcée.

Selon la vidéo en direct qu’il diffusait sur Facebook, l’homme était assis aux côtés des journalistes depuis le début de l’événement médiatique.

Il a ensuite été escorté à l’extérieur de l’édifice, entre autres par des policiers qui l’ont laissé quitter les lieux. 

Droit de s’exprimer

Le cabinet de François Legault n’a pas précisé les mesures de sécurité déjà en place, mercredi.

« Tout le monde a le droit de s’exprimer, mais un débat doit se faire dans le calme, le respect et la sécurité de tous », a-t-on ajouté.

Depuis le début de la pandémie, les autorités constatent une explosion des menaces envers les élus de l’Assemblée nationale sur les réseaux sociaux et des individus responsables des mesures sanitaires.

À VOIR AUSSI