/sports/tennis
Navigation

Seulement la fin d’un chapitre

La Canadienne Rebecca Marino souhaite continuer à écrire sa belle histoire dans ses prochains tournois

Coup d'oeil sur cet article

Fière de ses victoires, fière de son tennis, la Canadienne Rebecca Marino quitte Montréal avec l’espoir que ses performances à l’Omnium Banque Nationale ne sont que le début d’une remontée vers le sommet du classement mondial. 

• À lire aussi: Aryna Sabalenka, une des plus grandes serveuses

« Dans mon cœur, je sens que j’appartiens à ce groupe de joueuses. J’ai l’impression que mes résultats ont confirmé que j’avais raison d’avoir confiance en moi. Je suis heureuse d’avoir pu montrer à tout le monde comment je peux jouer », a commenté la 220e mondiale hier, quelques heures après s’être inclinée devant la Bélarussienne Aryna Sabalenka au troisième tour. 

Rebecca Marino a rapidement plié l’échine devant Aryna Sabalenka, jeudi.
Photo AFP
Rebecca Marino a rapidement plié l’échine devant Aryna Sabalenka, jeudi.

La belle histoire qu’écrivait Marino à Montréal cette semaine a connu une conclusion rapide. Sabalenka, favorite du tournoi, s’est imposée 6-1 et 6-3 en 59 petites minutes de jeu. 

Après des victoires face à l’Américaine Madison Keys, 16e tête de série, et l’Espagnole Paula Badosa, 31e mondiale, l’athlète de Vancouver n’a jamais été capable d’imposer son jeu contre la troisième meilleure raquette de la WTA.

Dans ce duel de puissantes serveuses, Sabalenka a vite pris l’avantage, menant 5-0 au score en à peine 20 minutes. 

Rebecca Marino a félicité Aryna Sabalenka au terme du duel.
Photo Martin Chevalier
Rebecca Marino a félicité Aryna Sabalenka au terme du duel.

Il faut dire que la Bélarussienne, récente demi-finaliste à Wimbledon, avait fait ses devoirs. 

« J’ai vu son match [de mercredi] contre Badosa, a expliqué Sabalenka. Je me suis très bien préparée pour l’affronter, car j’avais vu qu’elle jouait vraiment bien. »

« Vraiment impressionnante »

Le second set a été plus égal. 

En fait, les deux filles se livraient une bataille serrée jusqu’au septième jeu, quand la première tête de série a brisé Marino.

La détermination se traduisait bien sur le visage de la gagnante de l’affrontement.
Photo AFP
La détermination se traduisait bien sur le visage de la gagnante de l’affrontement.

« Elle était puissante dès la première balle, a remarqué la Canadienne. Elle était vraiment impressionnante, je dois lui lever mon chapeau. J’ai tenté de mon mieux de revenir dans le match. J’ai senti que j’avais un peu plus de contrôle dans la deuxième manche et j’ai essayé de m’accrocher un peu. »

Même si elle revient de très loin, après avoir arrêté le tennis de 2013 à 2017 pour soigner une dépression, l’athlète de 30 ans s’est dite déçue de sa performance d’hier, devant une foule venue l’encourager.

Une preuve de caractère ; le tatouage de la tête d’un tigre sur le bras droit d’Aryna Sabalenka.
Photo Martin Chevalier
Une preuve de caractère ; le tatouage de la tête d’un tigre sur le bras droit d’Aryna Sabalenka.

Mais la Canadienne quitte tout de même le Stade IGA la tête haute. Son but est de continuer à améliorer son classement qui stagne depuis son retour à la compétition, il y a trois ans. 

« Quand je regarde l’ensemble de ma semaine, il y a beaucoup de positif à tirer de cette expérience. Je suis vraiment fière de moi », a-t-elle ajouté.

Sur le grand circuit

L’entraîneur Sylvain Bruneau, qui conseillait la joueuse de 30 ans cette semaine à Montréal, abonde aussi en ce sens. 

« Je pense que ça lui montre ce qu’elle est capable de faire. Je suis convaincu que la place de Rebecca est sur le grand circuit, pas sur le circuit secondaire [l’ITF, où elle a disputé présentement la majorité de ses tournois], a pointé Bruneau. Je ne pense vraiment pas qu’elle va réussir des performances comme celle-ci seulement de temps en temps. »

On ne peut reprocher à la Canadienne Rebecca Marino d’avoir abdiqué. Elle a livré jusqu’à sa dernière once d’énergie dans son match contre la troisième meilleure raquette au monde.
Photo Martin Chevalier
On ne peut reprocher à la Canadienne Rebecca Marino d’avoir abdiqué. Elle a livré jusqu’à sa dernière once d’énergie dans son match contre la troisième meilleure raquette au monde.

Classée hors du top 200 quand elle a reçu son invitation des organisateurs, Marino pointera aux alentours du 175e échelon lundi prochain. Sa prochaine présence sur les courts risque d’être à New York, pour les qualifications des Internationaux des États-Unis. 

« C’est mon but d’améliorer encore mon classement. Si je peux faire du bon travail en qualifications là-bas, je vais continuer à grimper », a noté celle qui a été 38e au monde en 2011. 


Après sa défaite en simple, Marino s’est inclinée en double aux côtés de la jeune Québécoise Leylah Fernandez, hier. Pour la deuxième fois de la journée, elle se mesurait à Sabalenka, qui dispute le double cette semaine aux côtés de la Belge Elise Mertens. Les favorites se sont imposées 7-6 (4) et 6-2 dans cette rencontre de troisième tour.


En quarts de finale, Sabalenka affrontera sa compatriote Victoria Azarenka, huitième tête de série, aujourd’hui.

À VOIR AUSSI:       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.