/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’Été du monde...

L’Été du monde...
AFP

Coup d'oeil sur cet article

J’ai beau avoir un tempérament jovial et aimer la vie, l’état actuel de notre monde me désespère...

Cette pandémie maudite s’éternise.

Dans certains États, chez nos voisins américains, les cas de COVID augmentent sérieusement.

Leurs hôpitaux sont bondés et, malgré la gravité de la situation, leurs gouverneurs, comme l’illustre De Santis de la Floride, persistent à nier l’urgence de reprendre des mesures de protection.

Chez nous aussi, on commence à percevoir les signes de l’arrivée d’une quatrième vague.

Et tandis que les unités de soins intensifs se préparent en conséquence, on se chicane sur le bien-fondé du vaccin, du passeport vaccinal et d'autres mesures imposées par notre «dictature».

Parlant de dictature...

Du côté de la Chine, où règne la démocratie, comme chacun sait...

On condamne un Canadien une première fois à une peine de 15 ans de prison pour trafic de drogue et, au terme d’un second procès, on le condamne à mort! C’est le sort qui attend Robert Schellenberg.

Quant à Michael Spavor, qui croupit en prison depuis plus de deux ans pour «espionnage», il vient d’en prendre pour 11 ans.

L’autre Michael (Kovrig) est toujours en attente de son jugement. Il ne doit pas être très optimiste.

Depuis l’assignation à résidence au Canada de la directrice financière du géant Huaweï, nos Canadiens goûtent à la médecine chinoise...

Un autre régime souple

Celui des talibans. Ils sont en train de reprendre possession de l’Afghanistan en semant la terreur dans tout le pays: décapitations, viols et massacres en tout genre.

Des décennies de guerre pour en arriver là. Retour à la case départ qui consiste, pour les femmes, à redevenir des esclaves.

Aussi, avant de dépeindre François Legault comme un dictateur à la tête d’un régime totalitaire, je me garderais une petite gêne...

L’été des cataclysmes

Depuis le début de cette saison estivale, nous assistons, impuissants, à de nombreuses catastrophes dites «naturelles».

Des pluies diluviennes provoquant des inondations qui emportent tout sur leur passage. Des incendies ravageant des centaines d’hectares de terres qui furent le berceau de nos civilisations.

Tous ces désastres laissant des hordes de désœuvrés qui pleurent leur vie engloutie ou réduite en cendres.

Un bien bel été qui s’achève...