/weekend
Navigation

Télévision: nouveautés et retours attendus

Coup d'oeil sur cet article

Dans la dernière année, les diffuseurs et les producteurs ont dû faire preuve d’imagination pour compléter leur grille ou tourner malgré la pandémie afin de nous offrir une programmation riche et divertissante. Si certains projets avaient été mis sur la glace, la prochaine rentrée s’annonce normale et accueillera son lot de nouveautés. Des émissions qui se démarquent et qui plaisent déjà aux annonceurs.

Notre télé ne pourrait vivre sans les annonceurs. Inversement, s’afficher pendant une émission populaire peut grandement servir une marque. 

« Les diffuseurs se sont très bien adaptés l’année dernière avec des productions de grande qualité, remarque Marie-Christine Simard, vice-présidente activations chez Cossette Média. Si les annonceurs ont été un peu plus à la dernière minute étant donné l’instabilité de la pandémie, la bonne nouvelle actuellement est qu’ils sont bien présents. Il n’y a presque plus d’inventaire. »

Ainsi, chaque émission trouve ses partenaires. 

« Il y a des valeurs sûres, des gros canons, comme District 31 et Révolution, et des retours, comme Star Académie, qui côtoient des nouveautés dans le top 20, explique Rebecca Rodrigues, directrice des achats médias chez Dentsu. On remarque aussi que TVA essaye de rajeunir sa cible avec des concepts comme L’île de l’amour, Chanteurs masqués et Chaos. »

Est-ce pour séduire un public qui ne se trouve pas devant les chaînes conventionnelles ? 

« Les 25-54 ans forment le groupe cible numéro 1. C’est le cœur des investissements », rapporte Marie-Christine Simard. Mais en 2021, on ne peut pas négliger les plateformes numériques qui permettent une écoute à n’importe quelle heure, compétitionnent avec les gros joueurs étrangers comme Netflix et qui figurent davantage dans les habitudes des jeunes et leur quête de flexibilité. 

« TOU.TV, TVA+ et Noovo.ca ont vu leur écoute augmenter considérablement pendant la pandémie, confirme Rebecca Rodrigues. TVA+ a enregistré une hausse de 24 % seulement entre janvier et mars. »

L’ADN des chaînes

Chaque chaîne possède son ADN et ses rendez-vous distincts. 

« Le dimanche par exemple, Tout le monde en parle affronte Révolution et OD extra, trois offres très différentes, note Rebecca Rodrigues. Le but est d’analyser où une cible performe le mieux. Et quand on a une locomotive comme District 31, on sait qu’une partie des gens vont s’accrocher pour le reste de la soirée. Et Radio-Canada est reconnu pour ses fictions. On le constate avec Après et Nuit blanche qui sont très attendues. 

« Télé-Québec, c’est un petit bijou, poursuit-elle. Ils n’ont peut-être pas une aussi grande portée que les autres généralistes, mais ils obtiennent un très grand attachement. »  

« Télé-Québec offre une grille forte et stable, et un environnement recherché pour des annonceurs dont le profil est différent des autres généralistes, observe Marie-Christine Simard. La une et Mes années 20 obtiennent respectivement 3 étoiles et demie et 3 étoiles. »

Les fictions jouissent d’une belle popularité tant auprès du public que des annonceurs. « L’acquisition de Noovo par Bell a permis à la chaîne d’avoir des productions qui figurent dans le top 20 en plus d’avoir accès à un plus grand catalogue tant en français qu’en anglais », note Rebecca Rodrigues. 

« Virage et Moi non plus se démarquent du côté de Noovo, soutient Marie-Christine Simard. Les moments parfaits [TVA] obtient chez nous 4 étoiles. On y retrouve une belle distribution, un contenu léger. Chaos est très populaire du côté des achats. TVA l’a bien positionné. »

Chanteurs masqués, adaptation de The Masked Singer, s’est hissé dans le top 5. 

« C’est familial, rassembleur, divertissant, avec des vedettes qu’on aime, explique Marie-Christine Simard. Un succès international sécurise, mais n’est pas nécessairement un gage de succès. » 

Les têtes d’affiche

Et qu’en est-il des têtes d’affiche à l’ère où l’on est à la recherche de nouveaux visages et de diversité ? 

« Un ou deux gros noms permettent d’attirer l’attention, confirme Marie-Christine Simard, donc donnent de la valeur à un projet. La diversité est de plus en plus importante et on l’encourage. Les diffuseurs ont leur rôle à jouer et les annonceurs aussi. »

Ainsi, pour stimuler les annonceurs et déterminer la valeur de leurs placements, les agences se fient à l’historique d’une émission, à sa performance selon le public cible si ce n’est pas une nouveauté, au type d’environnement, à son synopsis et à son star-system. 

« Contrairement à ce qu’on observe dans le reste du Canada, le public québécois est très attaché à ses vedettes, confirme Rebecca Rodrigues. On voit que c’est un incitatif pour que les gens regardent. On évalue aussi les émissions en fonction des estimés des stations. On évalue contre quoi une émission va jouer, si la compétition va venir gruger l’auditoire. »

De plus, pour qu’un annonceur s’associe à une émission, elle doit démontrer qu’elle rejoint le public cible, que cette association est naturelle et cohérente, qu’il y a des opportunités d’intégrations grâce aux extensions numériques.

« OD fonctionne très bien à ce niveau », confirme Mme Simard. Bref, la télé n’est plus que télé. Elle est 360 degrés, offrant encore plus d’opportunités pour les annonceurs qui souhaitent s’y afficher.

Top 10 des émissions de l’automne selon Dentsu

  1. District 31 (ICI TÉLÉ)
  2. La Rentrée TVA (TVA)
  3. Révolution (TVA)
  4. Chaos (TVA)
  5. Alertes (TVA)
  6. Toute la vie (ICI TÉLÉ)
  7. Tout le monde en parle (ICI TÉLÉ)
  8. Chanteurs masqués (TVA)
  9. 5e rang (ICI TÉLÉ)
  10. L’heure bleue (TVA)

*Estimés des stations dans la cible 2+

Top 10 des émissions de l’automne selon Cossette Média

  1. District 31 (ICI TÉLÉ)
  2. Révolution (TVA)
  3. Chanteurs masqués (TVA)
  4. Alertes (TVA)
  5. Occupation Double Gala (Noovo)
  6. Discussions avec mes parents (ICI TÉLÉ)
  7. Infoman (ICI TÉLÉ)
  8. L’heure bleue (TVA)
  9. Toute la vie (ICI TÉLÉ)
  10. Chaos (TVA)