/misc
Navigation

Trudeau s’est-il acheté la paix avec Québec?

Coup d'oeil sur cet article

Ce sont les élections de tous les dangers pour Justin Trudeau.  

Oui, le premier ministre est en avance dans les sondages. Vaut mieux commencer le marathon électoral devant ses adversaires.

La performance des libéraux est particulièrement impressionnante au Québec, avec 41 % d’appuis, selon notre grand sondage du jour

Il domine le Bloc de 12 points de pourcentage. Pas mal du tout. C’est même ici que les libéraux font le mieux au pays, hormis dans les provinces de l’Atlantique.  

Or, l’électorat québécois est historiquement volatil, voire imprévisible. Et il vote souvent par vague. 

Les Canadiens et les Québécois ne veulent pas non plus de ces élections. 

Opportunisme

Ce sera le premier défi du chef libéral en sortant de chez la gouverneure générale, demain matin : expliquer clairement en quoi ce scrutin est autre chose qu’une manœuvre politique pour s’arroger plus de pouvoir. 

Notre coup de sonde révèle aussi que la population n’est pas prête à offrir aux libéraux une majorité des sièges sur un plateau d’argent. 

Une avance dans les intentions de vote sur la ligne de départ, donc, mais avec un vent de face. 

Imprévisible, aussi, est la quatrième vague. Il est difficile de prévoir ses conséquences sur la santé publique et nos réseaux de la santé. 

Les cas risquent de se multiplier dans les prochaines semaines avec la rentrée scolaire. 

Ce sera peut-être la « quatrième vague des non-vaccinés » comme l’a dit François Legault, lui qui n’a aucune intention de reconfiner le Québec. 

Mais du strict point de vue de l’épidémiologie, cette campagne se justifie difficilement. 

Des experts soutiennent qu’au moins 80 % de la population doit être entièrement vaccinée pour contrer le variant Delta. Le Québec en est à un peu plus de 70 %. 

Depuis la gifle de 2019 que leur a offerte le Bloc, les libéraux se sont même aventurés sur le terrain identitaire. La stratégie semble porter fruit, même si elle peut parfois paraître opportuniste.

Pour une dernière fois ? 

Mais c’est aussi avec son intarissable portefeuille que Trudeau a acheté la paix avec François Legault.

Voir cette liste très partielle des investissements annoncés récemment : 6 milliards pour les garderies, 440 millions pour l’aéronautique, 413 millions pour l’internet rural, 500 millions pour le train à grande fréquence. 

Autant de projets que Legault a lui aussi intérêt à voir naître dans l’optique de sa propre réélection, l’an prochain.  

La bonne entente se poursuivra-t-elle en campagne électorale ? 

Justin Trudeau en aura bien besoin, lui qui pourrait en être à sa dernière campagne, gagne ou perd.

LES POINTS CHAUDS À SURVEILLER  

Québécois, attendez-vous à ce que la caravane des chefs circule près de chez vous très prochainement. La province sera le théâtre d’une lutte féroce. Chaque parti a son ou ses châteaux forts, des circonscriptions peintes de la même couleur depuis longtemps. Il y a aussi celles où le vent tourne, où il y a des revanches à prendre, de nouveaux territoires à conquérir et d’autres à protéger. Les stratèges ont fait leurs calculs, décrit leur itinéraire, chiffré leurs ambitions. Voici un portrait des points chauds à surveiller.

UN LIEUTENANT SOUS PRESSION

Richard Martel
Photo Agence QMI, Roger Gagnon
Richard Martel

Le Bloc a bien failli tout rafler au Saguenay–Lac-Saint-Jean en 2019. Il ne lui manque que le siège du lieutenant du Québec conservateur, Richard Martel, qui a eu très chaud il y a deux ans dans Chicoutimi–Le Fjord. Plutôt absent des grands médias, M. Martel n’a pas su utiliser son poste comme tremplin pour augmenter sa visibilité ni pour recruter des candidats vedettes, sauf peut-être l’ex-ministre libérale Dominique Vien. Le parti a songé à offrir un autobus de campagne à M. Martel pour sillonner le Québec. Il semble qu’on se soit ravisé. Sage décision. M. Martel ne peut rien tenir pour acquis. Ce n’est pas un hasard si Yves-François Blanchet a lancé sa tournée estivale dans cette circonscription. 

UNE MINISTRE QUI DEVRA RAMER FORT

Diane Lebouthillier
Capture d'écran TVA Nouvelles
Diane Lebouthillier

La ministre libérale de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, s’est couchée très tard lors de la soirée électorale de 2019, étant une des dernières élues à être confirmée. La course s’annonce encore une fois serrée avec le Bloc québécois. Justin Trudeau s’est personnellement rendu à Gaspé récemment pour annoncer le financement d’une usine de fabrication d’éoliennes qui menaçait de déménager aux États-Unis. Un petit détour pas tellement fortuit. Comme celui du chef Yves-François Blanchet sur l’archipel madelinot le week-end dernier, d’ailleurs. 

HOCHELAGA, MON AMOUR

Alexandre Boulerice
Photo Ben Pelosse
Alexandre Boulerice

Montréal abrite le dernier des Mohicans de la vague orange : Alexandre Boulerice, dans Rosemont–La Petite-Patrie. Protéger ce bastion constitue le principal objectif du parti au Québec. Le reste, c’est du gravy, comme on dit. La circonscription d’Hochelaga est aussi à surveiller de près. Le PLC s’est faufilé de justesse en 2019 dans cet ancien territoire bloquiste, pré-vague orange. Le Bloc n’a pas fait élire plus d’un député sur l’île depuis une décennie. Sa rédemption montréalaise passe par Hochelaga. 

IL FERA CHAUD À QUÉBEC

Jean-Yves Duclos
Photo Didier Debusschère
Jean-Yves Duclos

Ce n’est jamais gagné d’avance pour les libéraux à Québec. Parlez-en au ministre Jean-Yves Duclos, qui a survécu de justesse à la remontée spectaculaire du Bloc en 2019. Comme à Trois-Rivières, les libéraux miseront beaucoup sur le projet de train à grande fréquence, adoubé par le maire Labeaume, qui comprend une nouvelle gare à l’aéroport Jean-Lesage. Les stratèges zieutent aussi Beauport-Limoilou, un territoire plus progressiste dans la région. Mais la pression dans la grande région de Québec repose sur les conservateurs qui ont été victimes des insuccès de leur ex-chef Andrew Scheer, eux qui ont perdu deux sièges ici.

EN TERRITOIRE FRANCO

Sur la Rive-Nord de Montréal, deux libéraux rêvent d’une revanche sur deux bloquistes qui ont été portés par la renaissance du parti en 2019, grâce au chef, Yves-François Blanchet. Le PLC n’avait rien vu venir à l’époque. Il a préparé sa riposte. C’est pour reconquérir ce genre de territoires à forte majorité francophone, comme Rivière-des-Mille-Îles et Thérèse-De Blainville, que Justin Trudeau traite François Legault aux petits oignons et se drape dans la défense du français. 

DES LUTTES À DEUX

N’en déplaise aux résidents de Saint-Lambert, il y aura de l’action sur la Rive-Sud de Montréal, où bloquistes et libéraux se livreront plusieurs courses à deux. Le Bloc a repris ses droits en 2019 dans ce territoire francophone. Les libéraux ont l’ambition de renouer avec cet électorat. Surveillons Chateauguay–Lacolle, La Prairie, Longueuil–Charles-LeMoyne et Longueuil–Saint-Hubert. Un peu plus au sud, vers les Cantons-de-l’Est, la bataille sera aussi féroce. Les bloquistes devront protéger la circonscription arc-en-ciel de Shefford, qui a changé de couleur à chaque élection dans la dernière décennie. Dans Brome-Missisquoi, les libéraux ont mis le paquet en recrutant la syndicaliste Pascale Saint-Onge pour s’assurer de repousser le Bloc, qui lui a mené une chaude lutte en 2019. 

TOUS LES CHEMINS MÈNENT À TROIS-RIVIÈRES

François-­Philippe Champagne
Photo Agence QMI, Joël Lemay
François-­Philippe Champagne

Les libéraux détiennent peu de circonscriptions en région à forte majorité francophone. C’est le cas de Saint-Maurice–Champlain, où siège l’infatigable ministre François-Philippe Champagne. Ce qui est rare a de la valeur. M. Champagne est condamné à mener une campagne parfaite, lui qui a tenu bon face au Bloc en 2019. Gens de Trois-Rivières, attendez-vous à être fortement sollicités. À peu près tous les partis estiment avoir une chance chez vous. Le polarisant et ex-maire de la Ville, Yves Lévesque, est de retour sur les rangs des conservateurs. Vous n’avez pas fini d’entendre parler du train à grande fréquence que les libéraux ont promis à grands frais. Le Bloc s’est faufilé dans l’intense course à trois en 2019. Saura-t-il résister ? 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.