/lifestyle/hangout
Navigation

Un pogo au sapin avec ça?

Un pogo au sapin avec ça?
Photo AGENCE QMI, Simon Dessureault

Coup d'oeil sur cet article

Sirop de bouleau, sauce aux tomates aux épices forestières, pogo et pizza au sapin, bœuf assaisonné à l’épinette : depuis des années, un couple de Lanaudière cueille, cuisine et sert des assiettes 100 % forêt et veut partager sa science. 

«Si on entre en forêt, on ressemble à un «scanner» et on va regarder du sol au haut des arbres», a imagé Josée Miller, résidente de Saint-Côme qui arpente les forêts de la région avec son conjoint.

Douze mois par année le couple traîne son campement pour cueillir des épices forestières, des champignons ou certains légumes racines, comme de la bardane, dans les secteurs de Saint-Côme, Saint-Zénon et jusqu’à 60 à 100 km au nord de Saint-Michel-des-Saints.

«C’est un mode de vie, à cette période de l’année, c’est 7 jours sur 7», a ajouté Mme Miller.

Un pogo au sapin avec ça?
Photo AGENCE QMI, Simon Dessureault

Tout a commencé il y a cinq ans lorsque son conjoint Jean-Guy Sergerie s’est inscrit à un cours sur les produits forestiers non ligneux avec l’Association forestière de Lanaudière. Ses contacts avec la forêt ne datent pas d’hier, lui qui avait déjà suivi, dans les années 1980, un cours de garde-chasse.

«On apprenait le nom des plantes, mais on ne parlait pas de comestibilité à cette époque, a expliqué M. Sergerie. Depuis cinq, six ans on parle de plus en plus de comestibilité et encore plus depuis la pandémie.»

Les deux passionnés de la forêt initient maintenant le public intéressé à la cueillette et à l’apprentissage de la cuisine forestière.

Un pogo au sapin avec ça?
Photo AGENCE QMI, Simon Dessureault

«On leur dit comment et quand cueillir la plante, comment la sécher, on répond aux questions», a détaillé M. Sergerie.

Le côté éthique de la cueillette est aussi très important.

«S’il y a par exemple 12 tiges pour une tête de violon, si tu prends le tiers, tu vas toujours en avoir, a dit M. Sergerie. On ne rase pas, il faut permettre aux plantes de faire leur cycle.»

Un pogo au sapin avec ça?
Photo AGENCE QMI, Simon Dessureault

Leur formation est donnée à l’Abbaye Val Notre-Dame, à Saint-Jean-de-Matha.

Et, depuis le 26 juin, Mme Miller cuisine des repas 100 % forêt qui sont offerts à un comptoir récemment installé à l'abbaye.

Cheddar aux champignons, pâte à pizza et pogos au sapin, effiloché aromatisé au sirop de bouleau, bœuf biologique assaisonné à l’épinette et mayonnaise à la monarde figurent au menu.

Comme nous avons rencontré Mme Miller et son mari à l’abbaye, nous en avons profité pour faire un peu de dégustation, en essayant les pogos: «Excellent, dirons-nous, très belle découverte! On est très loin du pogo d’épicerie avec la saucisse salée. C’est le jour et la nuit! La pâte du pogo, qui contient du sapin baumier, fond un peu dans la bouche, c’est léger et bon au goût».