/opinion/columnists
Navigation

Étoile jaune et passeport vaccinal

GEN-Manifestation anti-passport à Montréal
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Des manifestants contre le passeport vaccinal ont brandi l’étoile jaune que les juifs devaient porter sous le régime nazi.

Vous imaginez l’imbécillité crasse de ces gens ?

Leur ignorance ?

Leur inculture ?

  • Écoutez la chronique Crime et Société avec Félix Séguin, journaliste au Bureau d’enquête de Québecor avec Richard Martineau sur QUB radio :

LA FORCE DE L’IGNORANCE 

Certaines personnes ont peur du réchauffement de la planète. D’autres, des virus.

Moi, c’est l’ignorance qui m’effraie. 

Selon un sondage mené par le magazine The Economist, 46 % des Américains qui ont voté pour Trump croient dur comme fer au Pizzagate.

À savoir que Hillary Clinton dirige un réseau international de pédophiles qui organisent des messes sataniques dans des sous-sols de pizzérias. 

Vous imaginez à quel point faut-il être con pour croire à ces sottises ?

À quel point faut-il être aveuglé ?

Une personne qui croit ce genre de choses est prête à tout. 

S’armer jusqu’aux dents et prendre le Capitole d’assaut, s’il le faut. 

Après tout, George Washington n’a pas hésité à prendre les armes contre les Anglais pour moins que ça !

Qu’est-ce que vous feriez si je vous disais que des enfants sont détenus dans le sous-sol de la pizzéria que vous fréquentez ? Vous iriez les libérer, non ?

Vous diriez que c’est votre devoir d’utiliser la force pour sauver ces innocentes victimes !

Eh bien, c’est ce que se disent les millions de gens qui croient à la théorie loufoque du Pizzagate.

Ils se voient comme des patriotes.

Et ça, c’est freakant. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

EFFETS SECONDAIRES

Certaines personnes ont peur des effets secondaires du vaccin anti-COVID.

Moi, ce qui me terrifie, ce sont les effets secondaires des médias sociaux. 

Pas seulement sur notre cerveau, mais sur la démocratie. 

Les médias sociaux agissent comme des accélérateurs. Ils rendent les cons encore plus cons, les enragés encore plus enragés, les gens mal informés encore plus mal informés et les extrémistes encore plus radicaux. 

Si, pour toutes sortes de raison, tu commences à perdre contact avec la réalité et à glisser dans le puits sans fond de l’inculture, de la désinformation et de la paranoïa, les médias sociaux ne te ramèneront pas à la surface.

Ils vont t’enfoncer encore plus profondément. 

Ils vont aggraver ta maladie au lieu de te guérir. 

Je suis convaincu qu’il y a un lien direct entre la popularité croissante des médias sociaux et la montée en force des théories du complot. 

Ces deux phénomènes sont étroitement liés.

Comme la consommation d’alcool et la violence conjugale. 

TEMPS COURT VERSUS TEMPS LONG

Que peut notre bon vieux système d’éducation face à ces formidables machines que sont les médias sociaux ? 

L’éducation demande du temps. De la patience. De la concentration. De l’effort.

L’éducation, c’est « le temps long », la durée.

Alors que nous vivons dans un monde qui va de plus en plus vite. Un monde où les gens veulent des résultats quasi instantanés. 

Speed dating. Fast food. Recettes miracles. 

Ça prend plusieurs heures pour lire un livre. Quelques minutes pour lire un texte de journal. Trois secondes pour lire un titre. Une seconde pour comprendre une image.

Pas étonnant que l’image règne en maître. Or, l’image, c’est d’abord et avant tout l’émotion. 

Un flash. 

Une montée d’adrénaline. 

Comment notre système d’éducation peut-il rivaliser avec ça ?