/news/politics
Navigation

Afghanistan: le Canada ne reconnaîtra pas un gouvernement des talibans

Coup d'oeil sur cet article

La mainmise des talibans sur l’Afghanistan, qui ont repris le pouvoir dans le pays après une campagne éclair et sont entrés à Kaboul ce weekend, ne sera pas reconnue par le Canada. 

• À lire aussi: À Kaboul, la vie reprend lentement, mais «la peur est là»

«Le Canada n’a aucun plan pour reconnaitre les talibans comme gouvernement de l’Afghanistan», a affirmé le premier ministre sortant, Justin Trudeau, mardi matin en marge d’une annonce sur les garderies en Ontario.

«Lorsqu’ils étaient au pouvoir il y a 20 ans, le Canada ne reconnaissait pas leur gouvernement. Ils ont renversé et remplacé un gouvernement dûment élu par la force et forment un groupe terroriste reconnu sous la loi canadienne», a-t-il poursuivi.

M. Trudeau a précisé que son attention se tourne avant tout sur l’évacuation du pays. Dans les derniers jours, des images montrant le désespoir de civils cherchant à fuir le pays coûte que coûte à l’aéroport de Kaboul ont fait le tour du monde et bouleversé les démocraties occidentales, qui ont vu 20 ans d’efforts militaires en Afghanistan s’effondrer en quelques semaines.

«Notre priorité, pour le moment, est d’évacuer les gens hors de l’Afghanistan. Les talibans doivent garantir un accès libre à l’aéroport. Nous continuons à travailler avec nos alliés internationaux pour leur mettre de la pression afin qu’ils fassent ça», a mentionné le chef libéral.

Unanimité

Les chefs des trois autres principaux partis fédéraux ont aussi affirmé qu’ils ne reconnaitraient pas un gouvernement formé par les talibans.

«Il est clair que les talibans forment une organisation terroriste qui met la vie des gens en danger. C’est une organisation qu’on ne devrait pas reconnaitre», a notamment commenté Jagmeet Singh mardi.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, rejette lui aussi la reconnaissance d’un gouvernement des talibans. «Surtout pas à rabais, surtout pas maintenant. Surtout pas avec des promesses pastiches d'amnistie», a-t-il clamé.

Le chef des conservateurs, Erin O’Toole, a indiqué de son côté que le Canada doit tout faire pour aider la population et, surtout, les Afghans qui ont collaboré avec le Canada.

«Je me fous du nombre du nombre [de réfugiés afghans qui viennent au pays]. S’ils sont à risque parce qu’ils ont aidé nos soldats, nos travailleurs, nos diplomates, le Canada doit les sauver», a déclaré M. O’Toole. 

  • Écoutez La Rencontre Dutrizac-Martineau sur QUB radio: