/news/green
Navigation

La faune sauvage sous la menace des incendies

La faune sauvage sous la menace des incendies
AFP

Coup d'oeil sur cet article

PARIS, France | Lynx du désert, cerf corso-sarde, oiseaux, rongeurs et reptiles... Le WWF s’inquiète des conséquences des incendies qui ravagent le bassin méditerranéen et la Russie pour une partie de la faune sauvage, dont elle a commencé à dresser la liste.

• À lire aussi: Poutine s’inquiète de catastrophes naturelles d’une ampleur «sans précédent»

• À lire aussi: Le mois de juillet a été le mois le plus chaud jamais enregistré sur Terre

« Au niveau mondial, les incendies d’origine humaine compromettent la survie de la faune sauvage, tuée ou blessée par le contact direct avec les fumées et les flammes ou qui souffre d’une destruction importante de son habitat », explique à l’AFP Margaret Kinnaird, responsable faune au Fonds mondial pour la nature (WWF).

Difficile toutefois de savoir quel sera l’impact exact sur chaque espèce, en particulier celles déjà menacées, complète Craig Hilton-Taylor, responsable de la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de nature (UICN). Cette liste répertorie les espèces animales et végétales en fonction de leur risque d’extinction.

« Il y a tellement de feux qu’il est impossible de savoir ceux qui sont sérieux et auront un impact », qui dépend également de la capacité des espèces à fuir ou à résister aux flammes, « certaines pouvant même prospérer après un incendie ». Bref état des lieux :

Turquie

Selon les premières observations du WWF, « les forêts et les montagnes des provinces de Mugla et d’Antalya, où résident les espèces iconiques du caracal (ou lynx du désert, un félin) et de la chèvre sauvage égagre, ont subi des dégâts importants ».

Ces territoires abritent aussi une espèce endémique de rongeur, le lérotin laineux, poursuit WWF. « Les populations locales de 121 espèces en danger pour Antalya et 87 espèces menacées pour Mugla pourraient avoir été touchées, dont cinq espèces de hiboux, cinq de pics, 21 de reptiles et d’amphibiens », précise l’ONG.

Grèce

WWF parle de « catastrophes majeures », « les feux de forêt récents ayant frappé des écosystèmes vitaux et d’innombrables animaux sauvages et domestiques ».

« Le nord de l’Attique est la seule zone dans le sud de la Grèce où vit toujours le cerf élaphe, en danger critique d’extinction » dans le pays. Le plus grand cervidé des forêts d’Europe a souffert du braconnage et de la destruction de son habitat. Cette zone abrite aussi deux meutes de loups gris, espèce protégée au niveau européen et est une zone importante pour les animaux vivants dans les forêts de conifères (renards, écureuils, bécasses), explique WWF.

Italie

Le parc national de l’Aspromonte, qui s’étend sur une majeure partie de la région de la Calabre, a connu plusieurs incendies. Il abrite, entre autres, un petit rongeur rare endémique de la zone, semblable à un loir (Dryomys nitedula aspromontis) et des arbres centenaires.

« En Sardaigne, une des régions les plus riches en biodiversité de la Méditerranée, les flammes menacent aussi la survie de plusieurs espèces endémiques », s’inquiète WWF, dont le cerf sardo-corse, sauvé de l’extinction dans les années 1980, la perdrix gambra et le lièvre sarde. Les feux ont aussi tué un nombre important de reptiles, dont des tortues bordées, déplore l’ONG. « Toute destruction d’habitats forestiers dans le centre et le Sud de l’Italie, comme ceux détruits par les flammes dans les Abruzzes, en Sardaigne, dans les Pouilles et en Sicile, a un fort impact sur la vie sauvage et des écosystèmes importants déjà menacés par la fragmentation, la transformation des terres, la chasse, le braconnage et l’exploitation forestière illégale », insiste WWF.

Russie

En Russie, les vastes forêts de la république sibérienne de Iakoutie sont en proie aux flammes « qui menacent de nombreux grands animaux vivants dans les aires protégées de la région », des espèces communes dans cette zone comme le wapiti, le renne sauvage, le chevreuil, l’ours brun, le glouton, le lynx et l’écureuil volant et des espèces plus rares comme le cerf porte-musc (reconnaissable à ses deux canines supérieures en forme de longs crocs effilés), le mouflon des neiges, une espèce de marmotte, la grue blanche, la grue noire, le faucon gerfaut, le faucon pèlerin, le pygargue à queue blanche et l’aigle royal, énumère le WWF.

À VOIR AUSSI...