/news/green
Navigation

Opération nettoyage en cours après le déversement de 24 000 litres de soude caustique

Coup d'oeil sur cet article

L'opération nettoyage s'est poursuivie mardi sur la route 170 à Saint-Gédéon, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, au lendemain de l’accident impliquant deux poids lourds, dont un camion-citerne, qui a coûté la vie à deux personnes. 

Lundi matin, un camion-benne circulait sur la route 170 quand il est entré en collision avec une voiture qui s'engageait sur cette même route, à l'intersection du chemin des Ruisseaux. À la suite de l’impact, le conducteur du camion aurait bifurqué de sa trajectoire et happé violemment un camion-citerne qui arrivait en sens inverse.

La conductrice de la voiture, une femme de Longueuil âgée de 26 ans, qui aurait omis de s’arrêter, a perdu la vie.

Le conducteur du camion-citerne, un dénommé Alain Hamelin, a lui aussi perdu la vie. Au moment de l’accident, il transportait 24 000 litres de soude caustique, un produit chimique dangereux et très corrosif. Tout le contenu de sa citerne s'est déversé lors de l'impact.

La catastrophe environnementale a cependant été évitée, ou du moins, n’est pas anticipée à long terme vu le temps sec, a expliqué le ministère de l’Environnement à TVA Nouvelles, mardi. «Il n'y a pas d'écoulements d'eau qui pourraient étendre le produit, donc ça, c'est rassurant. Des entreprises spécialisées procèdent actuellement à la récupération des sols contaminés», a expliqué Frédéric Fournier, porte-parole du ministère de l'Environnement.

L’opération de décontamination a forcé la fermeture d'une portion de la route 170 pour une deuxième journée consécutive. L’entreprise pour qui le conducteur de camion-citerne travaillait supervise les travaux de récupération et s'efforce de soutenir ses employés dans cette terrible épreuve.

«Ça fait 10 ans que je suis au sein de l'entreprise et c'est la première fois que je fais face à une situation de cette envergure dans le domaine du transport», a indiqué Stéphane Lavoie, coordonnateur des mesures d'urgence chez Transport Servitank.

L'homme de 66 ans est un employé de cette division du Groupe Somavrac, une entreprise de Trois-Rivières.

«On offre de l'aide psychologique à tous nos employés. La direction les a tous rencontrés ce matin, et évidemment, on profite de l'occasion pour souhaiter nos condoléances aux familles éprouvées», a-t-il assuré.

Le maire de Saint-Gédéon, Émile Hudon, a déploré la tragédie et s'est interrogé quant à la sécurité de l'intersection. Il a l'intention d'interpeller le ministère des Transports.

«Deux décès, c'est deux décès de trop. Des accidents comme ça qui perturbent la circulation pendant deux jours, c'est toujours tannant pour une municipalité, surtout pendant la saison touristique. On se doit de regarder s'il y a quelque chose à faire pour éviter ça, même si on ne réussira jamais à les éliminer complètement», a affirmé M. Hudon.

Le ministère des Transports n'était, quant à lui, pas en mesure de préciser mardi en fin d'après-midi à quel moment les travaux seront terminés pour permettre une réouverture.