/news/politics
Navigation

Affaire Will Prosper: «Pas loin d’une taupe» selon Denis Coderre

Coup d'oeil sur cet article

L’aspirant à la mairie de Montréal, Denis Coderre, a dénoncé jeudi le fait que Will Prosper soit encore candidat aux élections, allant jusqu’à le qualifier de « taupe », la pire insulte pour un policier.

• À lire aussi: Valérie Plante passe l’éponge sur l’«erreur» de Prosper

• À lire aussi: Will Prosper: la sanction la plus grave, vu sa conduite «scandaleuse»

• À lire aussi: Des policiers de Montréal contrariés

En point de presse, l’aspirant à la mairie, Denis Coderre, a estimé que Will Prosper n’était pas « digne » d’être candidat aux élections.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
En point de presse, l’aspirant à la mairie, Denis Coderre, a estimé que Will Prosper n’était pas « digne » d’être candidat aux élections.

« Aujourd’hui, on a vu une administration et une mairesse qui sont dépassées par les événements. Ce n’est pas juste une question d’accepter un candidat, mais c’est de défendre l’indéfendable et de le protéger », a martelé l’ancien maire.

Ce dernier a exhorté la mairesse Valérie Plante à retirer sa confiance au candidat à la mairie d’arrondissement de Montréal-Nord, après les révélations voulant qu’il ait quitté la GRC dans la disgrâce.

« On n’est pas loin d’une taupe. [...] Ce candidat n’est pas digne de cette fonction. On ne parle pas de légal, on parle de légitimité, on parle de crédibilité. Ce n’est pas rien », a soutenu M. Coderre.  

  • Écoutez l'entrevue de Mario Dumont avec Denis Coderre sur QUB radio:    

« L’enjeu numéro un »

Selon le chef d’Ensemble Montréal, la sécurité publique est « l’enjeu numéro un de la prochaine campagne électorale ».

« Les gens ont peur », a rappelé Denis Coderre, en faisant référence aux nombreux événements impliquant des armes à feu qui sont venus inquiéter les citoyens de différents arrondissements de la métropole dans les derniers mois.

Il a aussi souligné que Will Prosper a souvent « conspué [...] la police » militant pour le désarmement et le définancement des forces policières.

Les policiers de Montréal-Nord ne pourraient pas avoir confiance en M. Prosper, s’il était élu maire en novembre, a tranché M. Coderre.