/news/politics
Navigation

Affaire Will Prosper: des policiers de Montréal contrariés

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs policiers de Montréal ont accueilli avec agacement les révélations concernant la démission forcée de la GRC de Will Prosper, le candidat de Projet Montréal à la mairie de Montréal-Nord.

• À lire aussi: Valérie Plante passe l’éponge sur l’«erreur» de Prosper

• À lire aussi: Affaire Will Prosper: «Pas loin d’une taupe» selon Denis Coderre

• À lire aussi: Will Prosper: la sanction la plus grave, vu sa conduite «scandaleuse»

« Un policier qui fait ça, on ne peut pas passer l’éponge. S’il est élu, il va avoir des discussions avec les officiers de la haute direction du SPVM de son secteur. Je ne suis pas certain que le dialogue sera ouvert », a réagi un sergent d’expérience du service.

  • Écoutez la chronique Crime et Société avec Félix Séguin, journaliste au Bureau d’enquête de Québecor sur QUB radio :

« Que Valérie Plante décide de le garder dans son équipe, je trouve qu’elle a le pardon facile », a-t-il ajouté.

Comme ses confrères, ce policier s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat, n’étant pas autorisé à parler aux médias.

« Pour être en politique, il faut montrer patte blanche, a renchéri un patrouilleur du Sud-Ouest. Ce qu’il a fait, même si ça date de longtemps, lui enlève toute sa crédibilité. S’il est élu, il aura de grosses décisions à prendre. S’il doit gérer des dossiers de gangs de rue, comment peut-on être certain qu’il sera juste et équitable ? » 

Pas un appel de bonne fête

D’autres policiers contactés se sont montrés intransigeants face aux gestes reprochés à M. Prosper, contraint de démissionner de la GRC car il était soupçonné d’avoir coulé des informations à des membres de gang de rue faisant l’objet d’une enquête pour meurtre.

« Si tu es un policier et que tu appelles un suspect dans une affaire de meurtre, c’est sûrement pas pour lui souhaiter bonne fête. Il a couru à sa perte », a résumé un policier cumulant une vingtaine d’années d’expérience au SPVM, en appelant ouvertement au retrait de la candidature de Will Prosper.

« Il est inconcevable qu’une mairesse accepte ce genre de personne dans ses rangs, a tonné une policière du centre-ville. Elle “excuse” son comportement en disant que c’était une erreur. On ne parle pas d’un vol de paquet de gomme dans un dépanneur quand on a 10 ans... Une erreur c’est quelque chose qu’on regrette. »

Sidérant...

La Fraternité des policiers et policières de Montréal a quant à elle publié un court gazouillis sur Twitter au moment où Valérie Plante a assuré M. Prosper de son soutien.

Un seul mot était nécessaire pour illustrer l’état d’esprit dans les bureaux du syndicat : « Sidérant...».