/news/society
Navigation

La Tuque: dernière semaine pour le camp de jour Les Migrateurs

Coup d'oeil sur cet article

Le camp de jour Les Migrateurs s'est donné pour mission de tisser des liens entre les nations. Chaque semaine, des jeunes autochtones et allochtones se côtoient au Centre Sakihikan de La Tuque, en Mauricie, pour échanger et s’amuser. 

• À lire aussi: Pénurie de personnel en santé accentuée avec les vacances en Mauricie

• À lire aussi: Saguenay–Lac-Saint-Jean: un homme retrouvé sans vie dans la réserve faunique Ashuapmushuan

La demande est grande, mais le Centre d’amitié autochtone de La Tuque, qui s’occupe du camp, ne pouvait accueillir davantage de jeunes. En raison du manque de moniteurs cette année, on a dû se résigner à de petits groupes.

Ceux-ci découvrent la culture atikamekw à travers différentes activités et apprennent aussi à se familiariser avec la langue.

«On fait des porte-clés à la main avec des cordes de chanvre et des billes. C'est pour rappeler l'artisanat traditionnel des Autochtones», a expliqué à TVA Nouvelles Gabrielle Martial, monitrice au camp de jour.

Les activités ne manquent pas. Les jeunes font des randonnées en forêt, des excursions en canot et découvrent des contes et des légendes autochtones. La nature et le lac Saint-Louis deviennent un véritable terrain de jeu où les préjugés font place à l'amitié.

L'objectif est de créer un rapprochement et de respecter les différences, et ce, dès le plus jeune âge. À La Tuque, 30% de la population est autochtone.

Le camp de jour se termine cette semaine et reviendra l'an prochain.