/portemonnaie
Navigation

La fin des bureaux assignés? Voici les tendances qui se profilent pour le retour au travail en mode hybride

La fin des bureaux assignés? Voici les tendances qui se profilent pour le retour au travail en mode hybride
Photomontage : Julie Verville

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs prédictions ont été faites à propos de ce dont aurait l'air le retour au travail à l'automne. À la maison, au bureau, à l’étranger; désormais, plusieurs secteurs d’activités offrent le choix à leurs employés de travailler où bon leur semble. À quelques jours de cette grande rentrée, on a demandé à des employeurs québécois de quoi ça aurait l’air chez eux: voici les grandes tendances qui s’en dégagent. 

• À lire aussi: Deux nomades numériques québécoises nous partagent leurs conseils

• À lire aussi: Qui doit payer pour le deuxième bureau à la maison?

• À lire aussi: Travailler de chez vous pourrait vous nuire côté promotions

La fin des bureaux attitrés  

«Retourner au bureau» ne voudra pas dire qu’on retrouvera nos mêmes bureaux cloisonnés et assignés. Plusieurs entreprises préfèrent désormais les grands espaces collaboratifs. 

L’agence de marketing lg2, qui compte 350 employés, a complètement changé les plans de son nouveau siège social de Montréal. Elle a créé six zones de travail bien définies comprenant des pièces silencieuses pour se ressourcer, des espaces collaboratifs, des pièces isolées pour passer des appels importants et une pièce à l’ambiance bistro.  

«Dans le contexte de travail hybride, on a posé la question : “Pourquoi les gens auraient le goût de revenir au bureau ?” Ils ont dit deux choses : pour voir du monde et pour travailler en équipe. On a donc repensé les bureaux avec ces variables-là et tout l’aménagement intérieur a été refait», explique Pénélope Fournier, associée, présidente, de lg2 Montréal. 

Pénélope Fournier, associée, présidente de lg2 Montréal
Site web de lg2
Pénélope Fournier, associée, présidente de lg2 Montréal

Même réflexion pour l’agence de relations publiques TACT conseil, qui compte 80 têtes.  

«On a créé quelque chose sur mesure pour nous, explique Manon Genest, associée fondatrice et directrice générale du bureau de Montréal. On a trois environnements de travail qui comptent plus d’espaces de réunion et d’espaces collaboratifs, des banquettes insonorisées et une terrasse pour se faire des meetings à l’extérieur.» 

Manon Genest, associée fondatrice et directrice générale du bureau TACT conseil de Montréal
Site web de TACT conseil
Manon Genest, associée fondatrice et directrice générale du bureau TACT conseil de Montréal

Désormais, chez TACT conseil, seules les personnes qui sont au bureau la majorité du temps, c’est-à-dire trois jours ou plus par semaine, ont un espace de travail attitré. 

Un autre exemple : la grande garde-robe d’entrée a été remplacée par des casiers à utiliser au jour le jour, avec un code personnalisé.  

Desjardins a de son côté entrepris depuis plusieurs mois déjà le virage vers le «flexi-travail», qui passe par la création d’espaces de collaboration et d’autres pour travaux individuels. 

Cette méthode permet de gagner en efficacité et en équilibre, d’après la coopérative.  

• À lire aussi: Le télétravail, pas nécessairement plus écolo

• À lire aussi: Oui, ça vaut la peine de faire les réunions d’équipe en personne

Des horaires encore flexibles  

Les entreprises avec lesquelles le 24 heures s’est entretenu ne semblaient pas être sur le point d’imposer un horaire hybride strict à leurs employés : la flexibilité était bien ancrée dans leur discours. 

C’est notamment au cœur des valeurs de l’entreprise FX Innovation, une firme qui accompagne des entreprises dans leur transformation numérique.  

«Notre hybride est vraiment “travaille où tu veux”. Ça peut être ton chalet, ta cuisine, un Airbnb... On veut pousser le concept plus loin avec la base de confiance qu’on a avec nos employés», affirme la chef de la direction des ressources humaines, Mélanie McClure.

Mélanie McClure, Chef de la direction ressources humaines chez FX Innovation.
Pierre-Luc Dufour
Mélanie McClure, Chef de la direction ressources humaines chez FX Innovation.

La flexibilité est aussi le mot d’ordre pour TACT conseil et lg2, qui s’adaptent au fur et à mesure à la nouvelle réalité.  

«On ne veut pas que les employés se sentent obligés de venir au bureau, mais on va leur donner le goût. Si, malgré ça, ils ne viennent pas, on aura tout fait pour que ça leur tente», explique Pénélope Fournier de lg2.  

FX Innovation, qui a déployé des ressources dans divers comités, est bien consciente que ce ne sont pas tous les types d’entreprises qui ont les moyens d’en faire autant.

Pourtant, selon Mélanie McClure, la flexibilité aux employés est donnée à tous.  

«Les décideurs au sein des entreprises ont deux options : soit tu ignores ce qui est en train de se passer et tu reviens comme avant, soit tu saisis l’opportunité. J’espère que les old school vont se réveiller et faire confiance sans regarder par-dessus les épaules de leur monde», clame-t-elle.  

Socialiser ailleurs qu'à la machine à café  

La machine à café, symbole de fraternité au bureau, est-elle reléguée aux oubliettes? Tout indique qu’elle prendra simplement une autre forme. 

À la firme FX Innovation, par exemple, on recrée grâce à une application sur Teams les rencontres inattendues qui survenaient dans les corridors ou en se faisant un café. Chaque vendredi, l’algorithme établit un match aléatoire entre deux employés qui ne se connaissent pas nécessairement. 

«On ne la retrouvera jamais dans une culture virtuelle, la machine à café, mais on considère qu’il est important de se voir quand même», explique Mélanie McClure, chef de la direction des ressources humaines. 

L’entreprise compte aussi organiser deux grandes rencontres par année pour «s’abreuver d’énergie humaine» avant de retourner au bercail. 

Ce contact humain, il est recherché plus que jamais par les travailleurs. C’est d’ailleurs ce qui ressort du dernier sondage mené auprès des employés de lg2, qui souhaitent se déplacer au bureau en grande majorité pour le travail d’équipe. 

Pour ceux qui choisissent le télétravail à 100%, le contact humain est plus difficile à assurer. 

Chez lg2, les employés sont rencontrés par leur gestionnaire minimalement une fois par semaine pour prendre leur pouls, et ça pourrait évoluer. «On ne se contente jamais de ce qu’on a et on se requestionne beaucoup et je crois que c’est la clé du succès pour réussir en affaires», croit Pénélope Fournier.  

Des vidéos qui pourraient aussi vous intéresser:   

Le design d’une artiste montréalaise volé par une compagnie australienne  

On l'a testé : livreur de colis Uber  

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux