/news/health
Navigation

Les ITSS se répandent au Canada

Coup d'oeil sur cet article

Les Infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS) jouissent d’une hausse de contamination considérable au Québec et au Canada, alerte le corps médical. 

Au Québec, l'augmentation des cas de syphilis est de 128%, tandis que les cas de chlamydia ont augmenté de 18% dans la dernière année, et de 53% pour la gonorrhée.

«La syphilis, c'est plus frappant parce que c'est une maladie rare. En 1998, il y avait 3 cas de syphilis dans tout le Québec. Maintenant, on est plus de 1000. Et c'est une maladie qui est aussi préoccupante. Ça touche plus les hommes. Mais elle a touché aussi beaucoup de femmes dans les dernières années», a expliqué le docteur Rejean Thomas, fondateur de la clinique médicale «L’actuel».

Une augmentation généralisée

Cette augmentation n’est pas exclusive au Québec, et partout au Canada des nombres grandissants d’infections sont remarqués.

«On voit cette épidémie de syphilis là en Alberta. On voit une épidémie de VIH au Manitoba. À Toronto, la même chose. À Moncton, j'arrive du Nouveau-Brunswick, même chose», a souligné le Dr Thomas.

La prévention en faute?

Les Québécois, dont les jeunes, auraient baissé la garde face aux ITSS, et ne feraient plus autant attention qu’auparavant.

«Avant, c'était très rare que quelqu'un qui me disait qu'il ne mettait pas de condom. Maintenant, c'est très rare quelqu'un qui me dit qu'il met 100% le condom», a fait remarquer le Dr Thomas.

Pas forcément de symptômes

Les ITSS ne provoquent pas toujours de symptômes et peuvent être présentes sans être remarqués. Les médecins suggèrent fortement aux personnes actives sexuellement de passer des tests de dépistage, qui sont gratuits pour toute personne possédant une carte d'assurance-maladie du Québec.