/news/elections
Navigation

Soins aux aînés: un total de 9 milliards $ promis par les libéraux

Résidences privées pour aînés
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les libéraux se sont engagés jeudi à investir un total de 9 milliards $ pour améliorer les soins offerts aux aînés dans les centres de soins de longue durée, une mesure qui se ferait cependant sous certaines conditions.

• À lire aussi: Tirs groupés envers la main tendue d’O’Toole aux Québécois

«C’est le moment de finir notre lutte contre la COVID, et surtout c’est le temps de se dire qu’on va collaborer pour que les tragédies comme celles qu’on a vues dans les centres de longue durée n’arrivent plus jamais au Canada», a déclaré le premier ministre Justin Trudeau lors d’un point de presse à Victoria, en Colombie-Britannique.

  • Écoutez la rencontre Lisée-Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

Prenant en exemple la province de l’Ouest, mais aussi le Québec qui a embauché et formé des préposés supplémentaires pour faire face à la crise sanitaire, le chef libéral a soutenu que «c’est le genre de mesures qu’il faut continuer de prendre partout au pays».

Si les provinces ont réclamé unanimement la hausse des transferts en santé sans condition, cette proposition des libéraux impliquerait la mise en place de certaines mesures, dont l’augmentation du salaire des préposés aux services de soutien personnel à un minimum fixé à 25 $ l'heure, mais aussi la formation de près de 50 000 nouveaux préposés et l’amélioration de la qualité de ces centres de soins de longue durée.

Une annonce qui n’aurait pas été bien reçue par le premier ministre québécois François Legault, a appris le “Journal”. Cette question pourrait d’ailleurs créer un litige important entre le chef libéral et le gouvernement caquiste, M. Legault ayant déjà indiqué que la gestion de la santé doit rester dans les compétences provinciales.

«On veut que ça se fasse sans condition. Ça veut dire: pas venir nous dire comment gérer les CHSLD. On est capable de bien gérer la situation dans le réseau de la santé», avait souligné le premier ministre du Québec lors d’un point de presse en début de semaine au sujet de l’augmentation des transferts en santé.

Le cabinet du premier ministre québécois n’a d’ailleurs pas souhaité commenter l’annonce du chef libéral, alors que les demandes de M. Legault aux partis fédéraux devraient être connues au courant de la semaine prochaine.

«Je vous dirai que la santé, c’est un champ de compétence provinciale», a pour sa part réagi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en marge d’un point de presse jeudi après-midi.

Pour les aînés qui restent chez eux, le Parti libéral du Canada souhaite doubler le crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire jusqu’à 1500 $ supplémentaires.
M. Trudeau a toutefois affirmé qu’il n’allait pas «microgérer» les soins de longue durée qui relèvent de la gestion des provinces.

Le Bloc réclame un recul sur les normes fédérales dans les CHSLD

Face aux annonces en santé faites jeudi par le Parti libéral et le Nouveau Parti démocratique (NPD), le chef bloquiste Yves-François Blanchet a demandé aux deux partis de renoncer à l’imposition de normes fédérales dans les centres d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) du Québec.

«Il est plus que temps que les libéraux et les néodémocrates entendent raison. Ce dont le Québec a besoin pour améliorer les soins aux aînés et soutenir le personnel soignant, c’est la juste part de financement du fédéral par l’entremise des transferts en santé», a-t-il mentionné par voie de communiqué.

Pour les bloquistes, le problème résiderait dans le manque de personnel et non dans l’absence de normes.

«Au lieu de tenter une énième ingérence dans les champs de compétences du Québec, les chefs de partis doivent rejoindre le vaste consensus exigeant une hausse des transferts en santé», a poursuivi M. Blanchet.

À VOIR AUSSI...