/news/elections
Navigation

Transferts en santé: une hausse de 35% des coûts des soins exigée par le Bloc québécois

Transferts en santé: une hausse de 35% des coûts des soins exigée par le Bloc québécois
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Enjeu important de la campagne électorale, les chefs de parti se sont prononcés jeudi sur l'augmentation des transferts en santé, les provinces réclamant qu’Ottawa couvre jusqu’à 35 % des coûts de leurs différents réseaux de soins.

• À lire aussi - TVA et LCN: le premier «Face-à-Face» des chefs le 2 septembre

• À lire aussi - «Confusion» et «retard»: le Bloc critique Trudeau sur la gestion des frontières

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a apporté en matinée son appui à la demande unanime des provinces lors d'un point de presse devant l’hôpital de Gatineau en Outaouais, qui a connu d’importants enjeux de sous-financement récemment.

«Ça impliquerait une hausse de 28 milliards $ cette année de la part du gouvernement fédéral», a avancé M. Blanchet jeudi matin.

«Ce matin, j’ai écrit au président du Conseil de la fédération, le premier ministre manitobain Brian Pallister, pour lui reconfirmer l’appui sans réserve du Bloc Québécois à une hausse durable et sans condition des transferts en santé à hauteur de 35 % des coûts totaux», a fait savoir le leader du Bloc québécois en réponse à la lettre transmise par M. Pallister aux chefs fédéraux.

Le candidat bloquiste a affirmé que cet investissement dans les transferts de santé permettrait de réduire les listes d’attente pour les chirurgies, mais aussi pour soutenir les soins de santé pour les aînés.

Interrogé sur la façon que cette somme serait investie pour le personnel, Yves-François Blanchet a assuré que son travail «est d’aller arracher bon gré mal gré 35 % du budget du coût de système de la santé au Québec et dans les provinces. Une fois que cet argent-là sera rendu à Québec, ça relèvera exclusivement de l’Assemblée nationale du Québec de voir comment procéder».

Une augmentation aussi promise par les autres partis

Interrogés au sujet des transferts de santé, Erin O’Toole, Jagmeet Singh et Justin Trudeau ont également assuré jeudi qu’ils allaient défendre leur augmentation.

Critiqué par ses adversaires pour son manque de mesures dans ce domaine, le premier ministre sortant a souligné que son gouvernement avait fourni des ressources aux provinces depuis le début de la pandémie.

«Par rapport aux transferts en santé, on va être là», a-t-il fait savoir en marge d’une annonce sur l’amélioration des soins de santé pour les aînés.

De son côté, le leader néo-démocrate a précisé que son parti voulait augmenter les transferts de santé pour les provinces afin d’en améliorer l’accès.

«On est un parti de santé [...] Si une province souhaite investir dans le système de santé, nous serons là», a-t-il d’ailleurs insisté, alors qu’il promettait dans sa déclaration du jour de mettre fin aux coupes dans les soins de santé.

Le chef du Parti conservateur du Canada a pour sa part mentionné qu’il souhaitait augmenter les transferts en santé de 6 % par année et sans condition.

À VOIR AUSSI...