/news/society
Navigation

Un leader du mouvement contre les mesures sanitaires ne veut plus d’étoile jaune

Il a échangé avec le directeur du Musée de l’Holocauste

Projet pilote du passeport vaccinal
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Un leader demande à ceux qui manifestent contre le passeport vaccinal de ne plus porter l’étoile jaune, quelques jours après avoir choqué la communauté juive en comparant la situation des non-vaccinés du Québec au sort des juifs sous l’Allemagne nazie.

« J’ai personnellement décidé de ne plus porter l’étoile jaune durant les manifestations et j’encourage tout le monde à ne plus porter l’étoile jaune », a annoncé François Amalega Bitondo, dans un direct diffusé sur son compte Facebook.

L’étoile jaune était le signe que les nazis affublaient aux Juifs pour les marquer.

Mardi, confronté par Le Journal sur l’indignation que le port du symbole par lui et d’autres manifestants provoquait dans la communauté juive, le militant anti-mesures sanitaires avait justifié que les non-vaccinés du Québec subissaient un traitement similaire à celui des juifs sous Adolf Hitler.

Il avait ainsi maintenu que l’étoile était « là pour rester » dans les manifestations.

M. Amalega Bitondo a expliqué que la controverse qui est née du port de l’étoile jaune « dilue le message » des manifestants et que c’est pour cette raison qu’il souhaite qu’elle disparaisse des rassemblements contre le passeport vaccinal.

Il a tout de même appelé ce matin le directeur du Musée de l’Holocauste Montréal, qui avait publiquement invité les manifestants à venir visiter son établissement pour mieux s’informer sur la Shoah.

« Je lui ai expliqué pourquoi le fait de faire un parallèle entre le passeport vaccinal et l’étoile jaune est extrêmement maladroit, pour ne pas dire profondément blessant », a indiqué le directeur du Musée, Daniel Amar. On a le sentiment qu’il a parfaitement pris la mesure de la gravité de la comparaison. »

Manifestation annulée

Par ailleurs, le militant a annulé une manifestation qui devait se tenir mardi prochain devant le Musée de l’Holocauste. 

« Nous ne sommes pas des antisémites, a conclu M. Amalega Bitondo dans son direct. Nous aimons les juifs comme nous aimons tous les peuples. »

À VOIR AUSSI...