/finance
Navigation

Moderna doit atterrir au Québec, martèle le Bloc québécois

GEN-MODERNA-USINE
Photo Agence QMI, Thierry Laforce François-Philippe Champagne Ministre fédéral

Coup d'oeil sur cet article

Pour le Bloc québécois, la biopharmaceutique Moderna doit s’installer au Québec. Cela ne fait aucun doute. Et, à défaut d’y parvenir, le Parti libéral devra en porter le blâme.

• À lire aussi: Laval tente de courtiser Moderna

C’est l’avis du porte-parole bloquiste en matière d’innovation et sciences, Mario Simard. 

« Si François-Philippe Champagne ne réussit pas à faire atterrir Moderna dans la région de Montréal, ce sera son échec personnel. Je ne vois pas d’autre façon de qualifier le scénario », dit-il.

  • Écoutez la chronique économique d'Yves Daoust, directeur de la section argent du JDM et du JDQ sur QUB radio :  

Le 10 août, quelques jours avant le déclenchement des élections, Moderna annonçait s’être entendue avec Ottawa en vue de la construction d’un centre de recherche et une usine de production de vaccins à ARNm au Canada. 

Champagne seul responsable

Le lieu et la valeur des investissements prévus par l’entreprise américaine n’ont pas été divulgués. Pas plus d’ailleurs que l’aide financière que recevra l’entreprise des gouvernements. 

On parle néanmoins pour l’heure, d’investissements de « plusieurs centaines de millions » et de la création d’entre « 200 et 300 emplois ». 

C’est ce que le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne a confirmé à Montréal, en compagnie du grand patron de Moderna, le Français Stéphane Bancel. 

Mais où donc ce fabricant de l’un des trois grands vaccins contre la COVID-19, choisira-t-il de s’implanter ? Outre Montréal, Toronto et Vancouver sont en lice. Mais pour Mario Simard, député de Jonquière, la réponse coule de source. 

Le député Mario Simard, porte-parole bloquiste en matière d’innovation et sciences.
Courtoisie
Le député Mario Simard, porte-parole bloquiste en matière d’innovation et sciences.

Il rappelle que Montréal a été longtemps le centre névralgique de l’industrie pharmaceutique au pays. Son déclin a été provoqué par une série de décisions politiques qui ont fortement fragilisé l’industrie québécoise.

«La région de Montréal a encore tout ce qu’il faut -des universités, des centres de recherche, la main d’œuvre, etc.- pour accueillir une entreprise comme Moderna. Alors, pour moi, ne pas réussir à attirer cette entreprise ici, équivaudrait pour Ottawa à rater une occasion unique qui lui est offerte de réparer ses erreurs du passé envers l’industrie et le Québec.»

À VOIR AUSSI...