/world
Navigation

Le Canada a évacué près de 1000 Afghans dans des conditions «chaotiques»

Coup d'oeil sur cet article

Un pont aérien sera mis en place par le Canada et ses alliés pour évacuer plus rapidement et de manière sécuritaire les Afghans, a annoncé Ottawa dimanche matin.

• À lire aussi: Legault réitère sa volonté d’accueillir des réfugiés afghans

• À lire aussi: Qui sont les dirigeants talibans?

Un pont aérien sera mis en place par le Canada et ses alliés pour évacuer plus rapidement et de manière sécuritaire les Afghans, a annoncé Ottawa dimanche matin.

Le pacte permettra aux ressortissants afghans de monter à bord des avions mobilisés par d’autres pays, dont les États-Unis, pour ensuite entrer au Canada. En contrepartie, les nations alliées pourront utiliser les avions canadiens afin de rapatrier leurs ressortissants.

«Ça veut dire que le Canada aura la capacité d’augmenter sa capacité d’évacuation», a expliqué le ministre fédéral de l‘Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco Mendicino.

Le Canada poursuivra son évacuation des réfugiés afghans tant et aussi longtemps que la sécurité à l’aéroport de Kaboul est assurée, alors que la situation sur le terrain se complexifie.

C’est ce qu’ont assuré les ministres les plus impliqués dans le dossier dimanche.

«Nous poursuivrons nos efforts pour aider les personnes à sortir d’Afghanistan jusqu’à ce que la situation à l’aéroport nous empêche de fonctionner en toute sécurité», a indiqué Marco Mendicino, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté.

En date d’aujourd’hui et depuis le 12 août, 12 vols opérés par le Canada ont quitté l’Afghanistan, et «un peu plus» de 1100 individus ont été rapatriés au pays, incluant le personnel diplomatique.

Un accord a permis l’établissement d’un «pont aérien» permettant aux Afghans de quitter vers le Canada en prenant leur envol sur des appareils opérés par des alliés.

M. Mendicino, ainsi que les ministres Marc Garneau et Harjit Sajjan, aux Affaires étrangères et à la Défense, ont assuré que le personnel de leurs ministères travaillait jour et nuit pour aider à l’opération de rapatriement.

Répondre aux ambitions canadiennes d’accueillir plus de 20 000 réfugiés afghans demeurera un défi de taille, mais aussi, un défi de communication important.

Le ministre Mendicino a indiqué que plus de 17 000 courriels ont transigé entre le Canada et les personnes évacuées ou en processus d’évacuation.

«La panique que nous voyons dans les courriels et dans les appels nous rappelle la gravité de la situation», a souligné Marc Garneau.

À voir aussi