/sports/football/alouettes
Navigation

L’indiscipline a coulé les Alouettes

La troupe de Khari Jones s’est inclinée à Calgary vendredi soir

Marc-Antoine Dequoy a démontré beaucoup d’intensité sur ce plaqué à l’endroit d’un joueur des Stampeders, vendredi à Calgary.
Photo courtoisie, Paul Mawdsley/Calgary Sports Marc-Antoine Dequoy a démontré beaucoup d’intensité sur ce plaqué à l’endroit d’un joueur des Stampeders, vendredi à Calgary.

Coup d'oeil sur cet article

On a eu l’impression de revoir un vieux film du passé lors de la défaite de 28 à 22 des Alouettes contre les Stampeders à Calgary. Une performance marquée par un manque de discipline et d’exécution. 

• À lire aussi: Les Alouettes tombent dans le piège

• À lire aussi: «On s’est tirés dans le pied» — Khari Jones

Pourtant, les Alouettes ont connu un bon départ en prenant une avance de 14 à 3 dans les premiers instants du deuxième quart. Puis, après une interception de Vernon Adams jr, la chaîne a débarqué. 

Ils sont tombés à plat. Les joueurs ont perdu leurs repères, mais surtout leur sang-froid. L’indiscipline des Alouettes a été un élément important dans cette première défaite. 

On a été témoins de plusieurs gestes déplorables qui auraient pu être évités. Par exemple, l’ailier défensif Antonio Simmons a été expulsé du match après le dernier touché des Stampeders. Et certains joueurs se sont fait prendre en train de répliquer à un joueur adverse. 

Puis, au quatrième quart, on a assisté à quelques engueulades entre les joueurs sur le banc. Ils n’ont pas bien réagi dans l’adversité. Une belle preuve que l’esprit d’équipe n’est pas encore bien cimenté. 

C’est l’une des premières fois que l’entraîneur-chef Khari Jones s’est fâché contre ses joueurs au cours d’un match. Il a notamment fait savoir sa façon de penser à Simmons alors qu’il revenait au banc. 

« On doit être meilleurs dans cette facette. On doit être plus intelligents surtout dans les situations où l’on tente de se faire justice, a-t-il souligné après le match. On doit garder notre sang-froid.

« On doit tirer une leçon de ce match. Lorsqu’une équipe joue avec beaucoup d’émotions et d’intensité, elle joue sur la ligne. Nous sommes allés au-delà de cette ligne. On va en parler à nos joueurs et on va s’arranger pour que ça n’arrive plus. »

Moins de pression

Pendant leur premier match, les Alouettes étaient parvenus à déranger Trevor Harris dans sa pochette protectrice. Ils avaient rendu sa situation inconfortable. 

Contre le quart Jake Meier, le scénario a été fort différent. Le front défensif s’est fait malmener par la course dès la première séquence à l’attaque. Par la suite, Meier a été bien protégé dans sa pochette et il n’a pas été bousculé très souvent par la ligne défensive. 

« Meier a bien joué dans son premier match, a mentionné Jones. Il a pris du rythme et de la confiance en réussissant quelques jeux.  

« On lui a peut-être donné trop de temps pour faire ses jeux. Il a profité de ses opportunités. »

Si Antonio Simmons se rend derrière la ligne de mêlée sur une base régulière, on ne peut pas en dire autant de Nick Usher. Il est l’une des déceptions après les deux premiers matchs. 

Plus de peur que de mal

Au deuxième quart, on a vu Vernon Adams jr secouer son bras droit entre deux jeux. Le numéro 8 des Alouettes a confirmé qu’il n’y avait rien de sérieux. 

« J’ai reçu un coup sur le nerf de mon coude. Mon bras s’est mis à résonner pendant quelques minutes, mais rien de plus, a expliqué le pivot montréalais. Tout est rentré dans l’ordre par la suite.

« Ce petit bobo ne m’a pas ennuyé durant le reste du match. »

On le répète : Adams jr n’a pas le luxe de se blesser. Les Alouettes n’ont pas un remplaçant digne de ce nom. La progression de Matthew Schiltz semble stagner et c’est inquiétant. 

D’ailleurs, comme il est sur le banc, le coordonnateur des unités spéciales Mickey Donovan devrait peut-être lui redonner le poste de teneur sur les placements. 

Vendredi soir, on a assisté à une autre situation où Pierre-Luc Caron, Joseph Zema et le botteur David Côté ont manqué de synchronisme.  

Dans le calepin... 

  • Le bloqueur Tony Washington s’est fait de nouveaux amis chez les Stampeders vendredi soir. Le colosse a écopé une punition pour un bloc illégal qui a envoyé un joueur albertain à l’infirmerie. Lorsque les deux équipes se retiraient vers leur vestiaire à la demie, le quart Bo Levi Mitchell, qui n’était pas en uniforme, n’a pas hésité à dire sa façon de penser au joueur des Alouettes. 
  • Pendant ce temps, de l’autre côté de la ligne offensive, Landon Rice a connu un match difficile avec deux punitions. Par chance, il a fait du bon travail pour empêcher que son quart se retrouve sous pression. 
  • Même s’il a inscrit son premier touché de la campagne, Quan Bray a connu un match difficile. Il a échappé quelques passes qu’il aurait dû capter. On dirait qu’il est encore en train de chercher ses repères sur le terrain. 
Marc-Antoine Dequoy a démontré beaucoup d’intensité sur ce plaqué à l’endroit d’un joueur des Stampeders, vendredi à Calgary.
Photo Martin Alarie
  • Sur les bottés de dégagement, les Stampeders ont tenté de ne pas envoyer le ballon en direction de Mario Alford. Adarius Pickett a retourné trois des cinq dégagements des Albertains. 

Le Québécois Alexandre Gagné a connu un fort match sur les unités spéciales contre les Stampeders alors qu’il a réalisé trois plaqués. Il est un acteur important au sein de son groupe depuis le début de la saison. 

À VOIR AUSSI...