/news/elections
Navigation

Un faux départ pour les Libéraux?

Coup d'oeil sur cet article

La lutte s’annonce serrée entre Libéraux et Conservateurs pour l’obtention du prochain gouvernement.

• À lire aussi: Santé: Justin Trudeau veut engager 7500 médecins et infirmières

• À lire aussi: Trudeau accusé d’ingérence en santé

Selon le site tooclosetocall.com, le parti de Justin Trudeau a 38% des chances d’obtenir la majorité. Une projection certainement en deçà des attentes du premier ministre sortant lorsqu’il a déclenché la campagne électorale.

En entrevue à LCN, le lieutenant politique du Parti libéral du Canada au Québec, Pablo Rodriguez, a toutefois maintenu que son chef n’avait pas plongé le pays en élections pour de simples ambitions politiques.

Le député sortant d’Honoré-Mercier répète que le scrutin du 20 septembre vise à permettre aux Canadiens de choisir le gouvernement qui pourra sortir le pays de la crise actuelle et relancer l’économie.

«Le but de cette élection, c’est d’offrir aux Canadiens cette opportunité de se prononcer» clame Pablo Rodriguez.

Ce dernier a assuré que son parti dévoilerait son programme sous peu, sans toutefois préciser de date.

  • Écoutez La Rencontre Lisée-Mulcair à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio: 

Ingérence en santé?

Justin Trudeau est accusé par le gouvernement Legault de faire de l’ingérence en santé en promettant d’embaucher des médecins et d’éliminer les listes d’attente.

Pablo Rodriguez assure que ce n’est pas le cas.

«S’il y a une chose que la pandémie nous a démontrée, c’est qu’il faut renforcer notre système de santé» explique le lieutenant politique du PLC au Québec.

Ce dernier répète que son chef ne souhaite aucunement dicter quoi faire aux provinces, mais prône une approche collaborative.

«C’est évident que la santé est de juridiction provinciale», indique Pablo Rodriguez.

Des projections inquiétantes pour les Libéraux 

Agence QMI

Justin Trudeau en quête d’un mandat majoritaire, pourrait bien être en voie de rater son pari.

Après neuf jours de campagne, le fondateur du site tooclosetocall.ca affirme que la tendance actuelle est que l’appui au Parti libéral du Canada est en baisse en Ontario, en Colombie-Britannique et dans les Maritimes.

«On est vraiment passé d’une situation où les Libéraux de Trudeau avaient une majorité à peu près garantie, et probablement même une très large majorité, à une situation où, si l’élection avait lieu demain, je pense que les Libéraux passeraient juste à côté d’une majorité» a affirmé Bryan Breguet sur les ondes de LCN.

Selon les projections de «Too close to call», si les élections avaient lieu demain, les Libéraux remporteraient environ 161 circonscriptions, ce qui serait insuffisant pour leur procurer une majorité.

Les Conservateurs mettraient quant à eux la main sur 116 sièges, contre 33 pour le NPD et 26 pour le Bloc.

À ce stade-ci de la campagne, Bryan Breguet évalue à 38% les chances du Parti libéral d’obtenir une majorité.

«Il y a une chose de très claire : les Libéraux n’ont pas eu aussi peu de chances d’avoir une majorité depuis mars 2020», a clamé la chroniqueuse Emmanuelle Latraverse sur les ondes de LCN.

Cette situation s’explique notamment par la remontée des Conservateurs en Colombie-Britannique, indique le fondateur de tooclosetocall.com.

Une décision qui pourrait hanter Trudeau

Et selon le chroniqueur Mario Dumont, si le Parti libéral du Canada ne s’approche pas davantage d’une majorité, ses opposants pourraient revenir à la charge en lui reprochant à nouveau le déclenchement d’une campagne électorale.

«La question de la pertinence de l’élection, qu’on espérait régler dans les premiers jours, pourrait revenir à la fin», affirme le chroniqueur Mario Dumont.

Ce dernier note toutefois que la course est loin d’être terminée, autant pour Justin Trudeau que pour ses adversaires.

Le chroniqueur estime que bon nombre d’électeurs n’ont pas encore fait leur choix et que les prochaines semaines seront cruciales pour l’ensemble des partis.

À voir aussi