/news/elections
Navigation

Blanchet croit au potentiel «écologique» du troisième lien

Blanchet croit au potentiel «écologique» du troisième lien
CAPTURE DՃCRAN/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Se disant «neutre» par rapport au mégaprojet du troisième lien à Québec jusqu’ici, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a affiché pour la première fois de la campagne une position qui y semble favorable. 

• À lire aussi: Subvention salariale: le Bloc demande à ses adversaires de rembourser les sommes qui leur ont été versées

• À lire aussi: Les libéraux veulent faciliter l’achat d’une première maison

«Je vais vous faire une confidence. J’aurais aimé ça être dans le projet et qu’on me dise: "es-tu capable de me rendre ça le plus écologique possible?" Parce que je suis convaincu que ça peut l’être. Et que Québec est parfaitement conscient que ce projet-là a un potentiel positif en termes d’environnement», a déclaré M. Blanchet.

  •   Écoutez le tour des actualités de Mario Dumont et Vincent Dessureault sur QUB radio : 

M. Blanchet était de passage dans la grande région de Québec, mardi, pour courtiser une région où se trouve la majorité des châteaux forts conservateurs de la province.

En se mettant dans la peau d’un habitant de Lévis ou de Montmagny, le chef bloquiste s’est dit «sensible aux arguments de la rive sud de Québec», car le projet permettrait «de couper une heure de route» au trajet vers le centre-ville, «que je le fasse avec du transport collectif, que je le fasse avec mon auto».

Il a réitéré qu'Ottawa doit répondre à la demande du gouvernement de François Legault et payer 40% des fonds pour le mégaprojet sans y attacher de condition.

Le député québécois du NPD, Alexandre Boulerice, a affirmé par courriel que «le Bloc québécois est complètement déconnecté de la réalité».

«Comment peut-il se dire écologiste et engagé dans la lutte contre la crise climatique s'il est prêt à financer une autoroute à six voies sous le fleuve? Le Bloc est une vraie girouette et fait clairement la démonstration qu'il n'est pas mieux que les libéraux en matière de lutte contre les changements climatiques», a accusé M. Boulerice.

De leur côté, les libéraux de Justin Trudeau se sont récemment dits prêts à étudier les plans du projet, mais il n’y a pas d’engagement en ce sens sur la table pour l’instant.

Les conservateurs, quant à eux, ont annoncé en grande pompe la semaine dernière qu’ils s’engageaient à financer à hauteur de 40% le coût du troisième lien, comme demandé par Québec.