/news/elections
Navigation

Jagmeet Singh promet la fin des CHSLD privés

Jagmeet Singh promet la fin des CHSLD privés
THIERRY LAFORCE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Jagmeet Singh et les néodémocrates veulent mettre un terme au système privé de centres d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) en «retirant» le pouvoir aux grandes compagnies et en interdisant l’ouverture de nouvelles résidences. 

• À lire aussi - Les libéraux veulent faciliter l’achat d’une première maison

• À lire aussi - O’Toole veut protéger les pensions des travailleurs contre les «élites»

• À lire aussi - Pesticides et Santé Canada: Blanchet réclame une enquête indépendante

Des normes pancanadiennes seraient établies afin d’assurer un standard de qualité aux soins prodigués, notamment en mettant en place une «garantie de soins» pour les résidents, avance le NPD.

  •   Écoutez le tour des actualités de Mario Dumont et Vincent Dessureault sur QUB radio : 

«Ce qu’on a vu dans cette pandémie, ce qui frappe fort, ce qui a été une honte nationale, c’est le fait que nos aînés dans les centres de soins de longue durée ont été les plus frappés dans cette pandémie», a lancé M. Singh devant le siège social de Revera, à Mississauga, en Ontario, une des plus grandes entreprises de ce secteur d’activité au pays.

M. Singh d’ailleurs clairement indiqué qu’il nationaliserait Revera, entièrement détenue depuis 2007 par une société d’État, l'Office d'investissement des régimes de pensions du secteur public.

Lorsque questionné à ce sujet, Jagmeet Singh n’a pas spécifié combien il en coûterait pour s’accaparer les quelque 600 résidences du genre à travers le pays.

«Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas agir. Si nous ne faisons rien, nous allons voir des centaines d’aînés mourir. Ce n’est pas un prix que je suis prêt à payer», a-t-il répondu.

Il a répété ses attaques à l’endroit de Justin Trudeau en l’accusant de ne pas en faire assez pour les aînés. Le chef néodémocrate a rappelé que l’armée canadienne a dû être appelée en renfort pour prêter main-forte dans des CHSLD privés au plus fort de la crise de COVID-19.

«Pourquoi devions-nous donner ne serait-ce qu’un sou de notre argent public au profit des entreprises riches plutôt que dans les soins de nos proches?» a demandé M. Singh.

À VOIR AUSSI...