/news/coronavirus
Navigation

Le passeport vaccinal généralement bien accueilli

GEN-CODE-QR
Photo Agence QMI, Joêl Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Les modalités du passeport vaccinal ont été généralement bien accueillies hier par les Québécois déjà vaccinés qui veulent juste éviter à tout prix un nouveau confinement.  

• À lire aussi: Un accueil favorable

• À lire aussi: Passeport vaccinal: «les Québécois méritent de garder une certaine normalité»

• À lire aussi: Rentrée scolaire: des annonces qui arrivent tard

• À lire aussi: Voici la liste complète des lieux et des activités où le passeport vaccinal sera requis

«Ce ne sont que ceux qui ne sont pas vaccinés qui seront pénalisés», indique Paule Ste-Marie, 68 ans, qui promenait son chien au parc Lafontaine à Montréal. «Ça va être plaisant de savoir qu’on va pouvoir aller quelque part, comme au restaurant, et qu’il y aura moins de danger.»

  • Écoutez l'analyse de Patrick Déry avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

La sexagénaire est loin d’être la seule à être en faveur du passeport sanitaire, qu’elle estime, somme toute, assez simple d’utilisation selon ce qui a été présenté mardi. 

En effet, une application mobile permettra à ceux qui sont doublement vaccinés de présenter leurs codes QR à l’entrée de lieux non essentiels, comme les restaurants, les bars, les gyms et les cinémas. 

«Pour ceux qui n’ont pas de téléphone intelligent, ce n’est pas compliqué de se promener avec son papier dans les poches», illustre-t-elle. 

  • Écoutez La Rencontre Lisée-Mulcair à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio:   

Des frustrations attendues

Frédérique Lauzière, 25 ans, craint de son côté quelques frustrations chez les personnes qui ne sont pas encore vaccinées. 

«J’ai l’impression qu’il y en a certains avec qui ça va peut-être “boguer”, mais que les personnes en faveur du passeport vaccinal vont être bien contentes de la façon dont ça va fonctionner», explique celle qui a déjà ses deux doses. 

Également doublement vaccinés, Rittu, 43 ans, et Julien, 41 ans, étaient quant à eux plutôt indifférents face à cette nouvelle mesure qui leur semble plus difficile à gérer pour les commerçants que pour les clients. 

«Ça m’importe peu. Si on est obligés de passer par là pour forcer les gens à poser leur geste citoyen...», souligne Julien, en profitant du soleil. «[La vaccination], oui, c’est un choix, mais on veut éviter un autre lockdown pour tout le monde», ajoute son amie. 

«Aberrant»

D’autres cependant étaient plus mitigés, voire dérangés par les tenants et aboutissants de la nouvelle mesure. Mère d’une fille qui entre au secondaire, Audrey Caunegre, 40 ans, estime quant à elle que les activités parascolaires devraient demeurer accessibles aux jeunes. 

«Les restaurants, les bars, ça ne me dérange pas. Je suis capable de m’en passer. C’est pour les activités parascolaires que ça me dérange plus. Ça prive les enfants d'activités et ça, ce n’est pas normal. Surtout qu’à leur âge, ils sont moins atteints par la maladie», soupire-t-elle. 

Car pour des choix personnels, elle a décidé de ne pas se faire vacciner. Elle explique néanmoins que sa fille a eu la maladie, perdant le goût pendant une dizaine de jours.

«C’est pour la jeunesse que je trouve ça dramatique. Pour les adultes, si j’ai envie d’aller au restaurant, je me ferai vacciner. C’est pour les jeunes que c’est aberrant», conclut-elle.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres