/entertainment/shows
Navigation

Passeport vaccinal: entre déception et résignation

Coup d'oeil sur cet article

C’est officiel : à compter du 1er septembre, les spectateurs devront présenter leur passeport vaccinal pour pouvoir fréquenter un festival ou entrer dans une salle de spectacle, de cinéma ou de théâtre. Cette nouvelle mesure, qui s’ajoute à celles déjà en place, a été accueillie avec déception dans le milieu culturel.

• À lire aussi: Voici la liste complète des lieux et des activités où le passeport vaccinal sera requis

• À lire aussi: Passeport vaccinal: «les Québécois méritent de garder une certaine normalité»

• À lire aussi: Le passeport vaccinal généralement bien accueilli

« Nous sommes résignés. On n’aime pas le dire, parce que nous avons toujours été favorables au principe », a indiqué le président et directeur général du RÉMI (le Regroupement des événements majeurs internationaux), Martin Roy, lors d’un entretien téléphonique.

  • Écoutez l'analyse de Patrick Déry avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

M. Roy ne cache pas qu’il aurait souhaité que l’imposition du passeport vaccinal s’accompagne d’un assouplissement des mesures actuelles et d’une hausse du nombre de spectateurs.

« Et ça, il n’y en a pas, déplore-t-il. C’est zéro. On nous promet de revoir les jauges, mais ça pourrait aller à la mi-octobre. Les festivals sont terminés à ce moment. Ça amène de l’espoir, toutefois, pour le Carnaval de Québec, l’Igloofest et l’événement Montréal en lumière ». 

  • Écoutez La Rencontre Lisée-Mulcair à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio:   

Période d’adaptation

En revanche, plusieurs organisateurs de festivals se disent soulagés d’avoir droit à une période d’indulgence de deux semaines pour s’ajuster à l’instauration du passeport vaccinal. Le ministre de la Santé Christian Dubé a précisé mardi en conférence de presse qu’aucune contravention ne sera donnée avant le 15 septembre pour permettre aux entreprises de s’adapter à cette nouvelle mesure.

« C’est un soulagement parce qu’on a énormément de questions des festivaliers », a admis Magalie Monderie-Larouche, directrice générale du Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (FME), qui se déroule du 2 au 5 septembre. « On est aussi contents de savoir que les 12 ans et plus, c’est rendu 13 ans [pour avoir le passeport]. On avait des questions sur les jeunes qui venaient d’avoir 12 ans. On espère que la plupart des questions vont être répondues. Mais ces 15 jours-là de grâce vont nous permettre que si on en échappe un peu, on ne sera pas pénalisés. »

N’empêche qu’au cours des dernières semaines, l’annonce du passeport vaccinal a ralenti la vente de billets pour certains événements comme le Festival Envol et Macadam qui aura lieu du 9 au 11 septembre au Stade Canac de Québec : « On sait déjà qu’on n’atteindra jamais notre seuil de rentabilité », a déploré le promoteur de l’événement, Karl-Emmanuel Picard. 

Les cinémas aussi

Certains lieux culturels comme les musées, les bibliothèques et les ciné-parcs ont été épargnés par le passeport vaccinal. Les propriétaires de cinémas ont espéré pendant un moment pouvoir être exemptés eux aussi de cette mesure. Mais ce ne sera finalement pas le cas.

« Nous avons toujours opéré de façon efficace et sécuritaire, si bien qu’aucun cas de COVID-19 n’a encore été répertorié dans les cinémas du Québec et du Canada », a rappelé le coprésident de l’Association des propriétaires de cinémas du Québec, Éric Bouchard. 

« On aurait aimé être exempté du passeport vaccinal grâce à notre dossier parfait. Mais ce n’est pas le cas. On va continuer à opérer de façon sécuritaire en faisant appliquer le passeport vaccinal et on espère que la clientèle va continuer à venir parce que depuis l’assouplissement des mesures, le 31 mai dernier, on constate une augmentation lente, mais constante, de la fréquentation dans nos salles. »

- Avec la collaboration de Sandra Godin, de Yves Leclerc et de Raphaël Gendron-Martin