/news/coronavirus
Navigation

Rentrée scolaire: des annonces qui arrivent tard

Rentrée scolaire: des annonces qui arrivent tard
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Directions, enseignants et parents se réjouissent que la Santé publique veuille garder les jeunes en classe le plus possible en cas d’éclosion, mais déplorent que les annonces de mardi soient arrivées aussi tard. 

• À lire aussi: Réactions mitigées chez les parents et les enfants

• À lire aussi: Dix fois plus de cas qu’à la dernière rentrée

«Toute cette attente pour ça?» s’exclame Éric Gingras, président de la Centrale des syndicats du Québec.

La rentrée des élèves se déroulera dans les prochains jours dans les écoles du Québec. Depuis plusieurs jours, le milieu scolaire tapait donc du pied en attendant la dernière mise à jour sur les mesures sanitaires.

Tous les intervenants interrogés par Le Journal ont salué le retour du masque en classe dans certaines régions, une mesure qui ne les a pas du tout étonnés.

«Je ne comprends pas qu’on ait attendu si longtemps pour annoncer une mesure qu’on savait qui allait être appliquée», résume Nicolas Prévost de la Fédération québécoise des directions d’établissement (FQDE).  

Bonne nouvelle

La «bonne nouvelle» du jour, selon eux, est le nouveau protocole de gestion des cas de COVID-19, qui permettra à plus d’élèves de rester en classe.

Or, les grandes lignes fournies sur ce protocole sont «incompréhensibles», estime Sylvain Mallette de la Fédération autonome de l’enseignement. «Je pense que c’est moins compliqué de monter un meuble scandinave», ironise-t-il.

Par ailleurs, la liste détaillée des activités parascolaires qui nécessiteront un passeport vaccinal au secondaire n’avait toujours pas été diffusée mardi après-midi.

Autre exemple: des enseignants et des élèves devront renouveler leur billet médical pour être exemptés de présence en classe, mais les médecins n’avaient pas encore reçu les directives mardi, selon Kathleen Legault, présidente de l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire.

«On s’entend, l’école commence là. C’est très, très tard», dit Mme Legault.

«Maladresse»

«Depuis deux semaines, on a droit à un exercice maladroit [...] On a l’impression de revivre la rentrée 2020», s’étonne Sylvain Martel du Regroupement des comités de parents autonomes. «Cette façon de passer la balle à l’un et à l’autre, ça vient effriter le lien de confiance avec les parents.»

Pour ce qui est de l’arrivée des tests rapides en milieu scolaire, «qui va gérer ça, le personnel des écoles ou de la santé?» se demande Nicolas Prévost de la FQDE.

Des partis de l’opposition rappellent que les tests de dépistage rapide sont demandés depuis plus d’un an en milieu scolaire. «On est plus près de la petite veilleuse que de l’illumination [...], avec une utilisation qui apparaît encore très timide et loin d’être généralisée», réagit Véronique Hivon du Parti québécois. 

-Avec Vincent Larin de l'Agence QMI

À VOIR AUSSI... 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres