/opinion/columnists
Navigation

Le pari de la franchise

Coup d'oeil sur cet article

« Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur », disait Winston Churchill dans son premier discours comme premier ministre.

Si Jacques Létourneau ne propose rien de si terrible aux électeurs de Longueuil dont il sollicite un mandat comme maire, on doit admettre qu’il faut un courage certain pour leur promettre quand même une hausse de taxe foncière. En tablant sur une augmentation de 2 % au-dessus du taux de l’inflation, soit environ 60 $ par année pour une maison unifamiliale, il va plus loin que ses opposants qui s’engagent plutôt à geler la taxe.

Couper ou se dédire

Selon l’ancien président de la CSN, il faut être responsable et dire les choses telles qu’elles sont. Dans un contexte pandémique où tout coûte plus cher, tant pour les citoyens que pour les organisations publiques, promettre un gel de taxes est la garantie de devoir couper dans les services, ou d’éventuellement devoir se dédire.

Voilà bien un syndicaliste dépensier, railleront certains. D’aucuns remarqueront plutôt que c’est s’adresser à l’intelligence des citoyens que de leur dire les choses telles qu’elles sont, même lorsque c’est impopulaire.

Des vérités qui dérangent

On renouvellera les conseils dans les 1107 municipalités du Québec cet automne. Des promesses et des tentatives de racoler une clientèle ou une autre, il y en aura à boire et à manger, selon les régions.

Cela dit, combien de candidats feront le pari de dire des vérités qui dérangent ? On peut gager qu’il y en aura très peu.

Aussi, les électeurs de Longueuil jugeront si c’est Jacques Létourneau qui est digne de leur confiance en jouant le jeu de la franchise.

Winston Churchill a perdu ses élections, après avoir effectivement livré son lot de sang, de labeur, de larmes et de sueur aux Britanniques. Voyons voir si Jacques Létourneau pourra gagner les siennes avant d’avoir pu réclamer ses 60 $ par maison.

Le respect des électeurs vaut certainement la peine de tenter le pari. Souhaitons que plus de candidats en aient l’audace.