/news/transports
Navigation

Trois-Rivières: nouveaux aménagements routiers critiqués

Coup d'oeil sur cet article

Les nouveaux aménagements routiers de la Ville de Trois-Rivières, en Mauricie, essuient les vives critiques des automobilistes qui ne sont pas satisfaits des nouvelles configurations.

La rue Barkoff est passée de quatre à trois voies, dont une centrale pour les virages à gauche. Ce qui devait faciliter la circulation et prioriser la sécurité des conducteurs est vivement critiqué par ceux-ci.

«Un moment donné, on dirait qu’on paye cher pour nos plaques d’auto et pour les assurances, mais on dirait que les automobilistes, on n’a plus aucun droit», a expliqué un résident du secteur.

La Ville reconnait que les détours routiers et les nouvelles configurations laissent confus bon nombre de conducteurs, mais somme toute, l’objectif de la Ville est atteint. Il y a déjà moins d’accrochages et de collisions aux intersections, a défendu le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Guillaume Cholette-Janson.

Le but était de sécuriser les entrées et les sorties des magasins, comme la rue est très passante, a-t-il souligné à TVA Nouvelles, mercredi.

La Ville a aussi créé deux bandes cyclables de chaque côté de la rue Barkoff, un désagrément pour les automobilistes qui croient que la ville tend à privilégier les cyclistes à leur détriment.

«Pour les cyclistes, c’est correct, pour les piétons aussi, mais pour les automobilistes je ne pense pas que c’est l’idéal, a répliqué un conducteur.

L’intersection des rues Bellefeuille et des Récollets est elle aussi problématique, selon les automobilistes rencontrés par TVA Nouvelles mercredi. D’importants travaux ont été effectués dans le secteur pour répondre à des enjeux de sécurité.

«La Ville a donc centralisé cette intersection-là, pour en faire une grande. [...] Elle en a aussi profité pour revoir l’entrée et la sortie de certains commerces à proximité», a expliqué le porte-parole de la Ville.

M. Cholette-Janson a aussi fait référence à un accident mortel dans le secteur. Un événement tragique que la Ville souhaite ne jamais voir à nouveau.

«Finalement, on ne sait jamais où passer et il faut faire un grand détour», a lancé une automobiliste, en faisait référence à l’accès entre le Bureau en gros et le Carrefour Trois-Rivières Ouest.

Les deux emplacements ne sont qu’à une rue de distance, mais la traverser est désormais impossible.

«Je ne comprends pas trop comment ça fonctionne dans le coin, pourtant ça fait 35 ans que je reste à Trois-Rivières», s’est exclamé un résident.

Selon M. Cholette-Janson, ce sera une adaptation nécessaire pour les automobilistes. Certains sont réfractaires au changement, mais la Ville, elle, perçoit le tout comme une réussite.